Loeb Elena cockpit 102010
Loeb et Elena dans leur élément à bord de la Citroën C4 WRC | DR

Citroën en ordre de marche

Publié le , modifié le

La photo de famille est belle. Pour l'instant. En réunissant Sébastien Loeb et Sébastien Ogier sous le même toit, Citroën dispose de la plus belle paire de pilote du WRC mais aussi d'un volcan en sommeil. Sans protection de la part du team, le septuple champion du monde sera-t-il sous pression ? L'Alsacien semble apprécier le challenge avec la nouvelle DS3 WRC présentée lundi à Satori.

La différence "se fera au volant". Sébastien Loeb n'a pas peur mais ce qu'il attend en 2011 : une confrontation directe avec son nouveau coéquipier Sébastien Ogier "prêt pour être compétitif sur tous les terrains." "On va prendre le départ du premier rallye à armes égales, lâche Loeb. Ogier va être un adversaire redoutable cette année. L'an dernier, il était vraiment dans le coup sur certains rallyes. Je sais qu'il a très envie de me battre cette saison. C'est normal. Il y aura une grosse concurrence. Nouvelle voiture, nouvel équipier, nouveau rival. Toutes ces inconnues me motivent."

En comparaison directe avec le maître, Ogier va enfin savoir ce qu'il vaut. Si on sait qu'il peut battre Loeb sur terre (NDLR : Ogier a gagné le rallye du Portugal et le rallye du Japon en 2010), le Gapençais est encore en retrait sur asphalte, la surface de prédilection de l'Alsacien. Et malgré les dires du patron Olivier Quesnel, il aura également le désavantage d'arriver dans une équipe où tout tournait autour de Loeb. "On sait depuis longtemps que Loeb est le meilleur et qu'il est capable de faire de belles choses. Mon objectif est de rivaliser avec lui", a souligné Ogier. Il y a une rivalité sportive entre nous, mais on s'entend bien. Il faut être agressif sur le terrain et savoir travailler ensemble. On est aussi là pour faire gagner une équipe."

Des propos que n'hésitera pas à brandir Quesnel en cas de conflit interne. Pour le moment, on attend le verdict du chrono. "Il n'y a aucune raison d'établir une hiérarchie entre les pilotes, cela n'a pas été prévu par contrat et ils ne le souhaitent pas, a précisé Quesnel. Tout le monde sait chez Citroën qu'ils partiront avec le même matériel" (ainsi que le Norvégien Petter Solberg, "simple" client de la marque). Pour se battre à armes égales, les deux pilotes bénéficieront de la nouvelle DS3 dont les débuts se feront sur la neige en Suède. Sans référence par rapport à la nouvelle Ford Fiesta, Citroën reste confiant et mise sur son moteur 1,6 litre turbo à injection directe. "Nous sommes partis d'une feuille blanche, a expliqué Olivier Quesnel. A priori, ça fonctionne. Nos objectifs demeurent les titres pilotes et constructeur." Des titres oui, mais à qui la couronne ?

Voir la video