Bouffier Peugeot portrait 012011
Le pilote Peugeot officiel Bryan Bouffier | DR

Bouffier : "Ce rallye écrit l'histoire chaque année"

Publié le , modifié le

Démarrer par un mythe, ça booste ! Bryan Bouffier, champion de France des rallyes 2010, est aux anges avant le départ du 79e Rallye Monte Carlo, l'édition du centenaire. "Commencer la saison par le Centenaire d'un rallye mythique, ça fait plaisir", explique le pilote d'une Peugeot 207 officielle.

Q: Qu'est-ce que ça fait d'entamer 2011 au Monte-Carlo, dans une Peugeot ?
R: "D'abord, je suis très heureux de continuer avec Peugeot Sport, et commencer la saison par le Centenaire d'un rallye mythique, ça fait plaisir, car peu d'épreuves sportives peuvent se vanter de fêter un Centenaire. Sur un plan personnel, c'est un grand challenge. On forme un bon trio avec Stéphane (Sarrazin) et Petter (Solberg), et il y a beaucoup d'autres Peugeot très bien pilotées. Etre dans cette équipe avec Stéphane, c'est marrant, car il m'avait remarqué au moment de Rallye Jeunes et avait beaucoup insisté pour que je sois sélectionné".

Q: Quelle va être votre stratégie ?
R: "On a tout ce qu'il faut pour remporter cette épreuve, mais il faudra un peu de réussite, car sur une telle épreuve les choix de pneus ne sont jamais simples. En IRC, c'est toujours un sprint, et quelle que soit l'épreuve il faut toujours rouler très vite. Ici au Monte-Carlo, il y a beaucoup de pièges, c'est très facile de faire une erreur, de crever, ou seulement de choisir les mauvais pneus. Je suis confiant mais je dois aborder cette épreuve avec humilité, parce que c'est un monument. Le titre de champion de France ne doit pas me donner trop de confiance, je n'ai fait ce rallye qu'une seule fois et il est vraiment très long. Ce sera clairement un travail d'équipe, pour faire gagner la marque, et peut-être au dépens de l'un des pilotes. On va tous dans le même sens et l'objectif est commun".

Q: Avez-vous un souvenir précis du Rallye Monte-Carlo ?
R: "Je me souviens d'une année quand j'étais gamin, avec mon père et sa dépanneuse, à Saint-Jean-en Royans. On était au départ de la spéciale et on voyait démarrer les (voitures du) Groupe B (ndlr: des voitures de rallye très puissantes qui ont ensuite été bannies). Ca nous faisait vibrer et c'est un souvenir qui reste gravé dans ma mémoire. Ce rallye écrit l'histoire chaque année."

Propos recueillis par Daniel ORTELLI (AFP)

AFP