Kris Meeke (Citroën DS3)
Kris Meeke (Citroën DS3) | FRANCOIS BAUDIN / AUSTRAL / DPPI media

Argentine: Citroën profite des déboires d'Ogier

Publié le , modifié le

Une hécatombe d'ennuis techniques et de crevaisons ont marqué la matinée de vendredi, fatale au double champion du monde Sébastien Ogier (VW-Polo) et dont le Nord-Irlandais Kris Meeke (Citroën DS3) a su profiter pour s'installer en tête du rallye d'Argentine. Ogier a perdu toute chance de remporter le seul rallye manquant à son palmarès quand sa Polo s'est immobilisée à 6km de la fin de la deuxième spéciale, alors qu'il était en tête de la course.

"Tout allait bien et puis après 10 km dans l'ES2, on a commencé à perdre de  la puissance, comme si on tournait sur 3 cylindres", a déclaré le pilote  français à des journalistes. "Il va falloir que l'équipe trouve exactement d'où vient la panne et si  c'est un problème électronique ou d'alimentation d'essence, je repartirai  probablement. Si c'est interne au moteur, ce sera plutôt direction la maison",  a ajouté le vainqueur des trois premiers rallyes de la saison. Si Ogier repart samedi, il sera lourdement pénalisé et ne pourra plus viser  que les trois points de la Power Stage de dimanche. Kris Meeke, au volant de la Citroën DS3, devra désormais contrer les  assauts du Finlandais Jari-Matti Latvala (Volkswagen Polo). Malgré une  crevaison à mi-parcours dans l'ES3, le pilote Citroën de 35 ans a réussi à  contenir le Finlandais Jari-Matti Latvala (2e) et à creuser l'écart dans la 4e  spéciale. Il devance Latvala de 28 secondes et son coéquipier Mads Ostberg  d'une minute.

Latvala prudent

"J'ai trouvé ce début de course très difficile, mais j'ai réussi à être  très rapide. A part la crevaison, ça s'est bien passé. J'ai piloté à la  scandinave", a déclaré le Britannique. Le Belge Thierry Neuville (Hyundai) a lui aussi perdu toute chance de  l'emporter, à cause d'une crevaison et d'un changement de roue. Il est remonté  à la 7e place du classement général, mais à 4 minutes de Meeke. Latvala a confié avoir piloté avec une "extrême prudence" dans l'ES2. "Dans  l'ES3, j'ai accéléré, cela ressemblait au rallye de Finlande avec des portions  larges et rapides". "C'est un nouveau rallye cette année, avec de nouvelles étapes, cassant,  c'est dur pour tout le monde. Ce sera un grand défi de finir le rallye", a dit  pour sa part Mads Ostberg.

Yves Matton, directeur de Citroën Racing, est ravi de voir ses deux pilotes  dans le trio de tête mais il préfère jouer placé. "Se dire qu'une victoire est  possible, c'est toujours intéressant, mais notre stratégie initiale reste de  terminer le rallye bien placés. On verra dimanche (avant les deux dernières  spéciales) si on change de stratégie". Après les fortes pluies qui ont provoqué des inondations dans la province  voici deux mois, les routes ont été fortement endommagées. "Le plus gros  problème, dit-il, ce sont les pierres, parfois grosses comme des ballons,  qu'elles soient sur la route ou le long de la route, dès qu'on s'écarte de la  trajectoire, on peut toucher quelque chose qui n'était pas là lors de la  reconnaissance".

AFP