Adrien Fourmaux, de pilote de rallye à livreur en camionnette électrique

Publié le , modifié le

Auteur·e : Gael Robic
Adrien Fourmaux
Adrien Fourmaux | DR

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

En temps normal, il pilote sa Ford WRC sur les spéciales du championnat du monde des rallyes. Au chômage technique depuis le 16 mars, Adrien Fourmaux découvre cette semaine le pilotage d’un nouvel engin : sa camionnette de coursier…

"C’est une camionnette électrique. Je suis en avance sur le règlement !" Autant prendre les choses avec le sourire. Le futur règlement WRC imposant –enfin !- la motorisation hybride en 2022, Adrien Fourmaux joue les précurseurs. Le jeune nordiste découvre les joies de la conduite silencieuse sur les routes du Nord. De 10h à 19h, quatre jours par semaine, le pilote de l’équipe de France FFSA Rallye joue les coursiers. "Je travaille chez un de mes sponsors. C’est l’un de mes tous premiers partenaires, il me suit depuis le début de ma carrière. Les rallyes à l’arrêt, je lui ai demandé s’il avait du boulot pour moi. Autant se rendre utile. D’autant que je ne pouvais pas aider dans les hôpitaux."   

Les rallyes ou la médecine, il a fallu choisir voilà trois ans. Alors étudiant en quatrième année à la faculté de Lille, Adrien Fourmaux privilégie le sport auto. La suite lui donne raison : champion de France Espoir 2018, promu en championnat du monde Junior la saison dernière, le voici cette saison pilote officiel M-Ford en WRC2, l’antichambre du championnat du monde. Tant pis pour la chirurgie… 

"Le GPS du bord est moins efficace que mon copilote"

Mais entre Lille et Lens, être pilote ne garantit pas une livraison express. Bien au contraire… Le plus difficile dans cet apprentissage, c’est de trouver les adresses ! "Le GPS du bord est moins efficace que mon copilote !! Avec lui, je me perds moins souvent !" Pas de combinaison, mais gants et masque restent obligatoires. "Je dépose les colis au pied de la porte, sans contact. Pour l’instant, personne ne m’a reconnu !" 

"On devrait reprendre début août, en Finlande. Mais rien n’est sûr"

Pour le reste, entre entretien physique, débriefing des manches précédentes et visionnage de caméras embarquées, le Lillois ne sait rien de son avenir proche. "Le WRC est en stand-by. On devrait reprendre début août, en Finlande. Mais rien n’est sûr." Un coup d’arrêt pour l’espoir nordiste. "J’ai déjà perdu quatre rallyes sur mon programme initial."

Deuxième au Monte-Carlo, quatrième en Suède, l’espoir français reste sur une victoire hors championnat, en Angleterre. Virus oblige, la suite de la saison attendra. Les colis, eux, n’attendent pas !

Gael Robic gael_robic