Marc Marquez, Honda
Marc Marquez au guidon de sa Honda | PETER LIM / AFP

Yamaha veut éteindre Marquez

Publié le , modifié le

Contesté par son compatriote Marc Marquez, le double champion du monde espagnol Jorge Lorenzo veut reprendre la main au Grand Prix d'Espagne. Vainqueur deux fois sur le circuit de Jerez, le pilote Yamaha entend réaffirmer sa suprématie sur un parcours taillé pour lui. Septuple lauréat dans les environs de Cadix, son coéquipier Valentino Rossi pourrait l'y aider.

Plus jeune leader du championnat du monde Moto GP, Marc Marquez est un phénomène. Lauréat du GP d'Austin le 21 avril dernier, le jeune catalan est devenu le vainqueur le plus précoce dans la catégorie reine, battant le record du prodige américain Freddy Spencer établit en 1982. Sur le circuit de Jerez, l'Espagnol de 20 ans chassera un autre record. Monté sur le podium lors des deux courses inaugurales au Qatar et au Texas, le pilote Honda pourrait devenir le plus jeune à réaliser cette prouesse trois fois lors de ses trois premiers Grands Prix.

Lorenzo favori

Une marque de référence détenue par… Jorge Lorenzo. Intouchable à Losail en ouverture de la saison, l'Ibère a trouvé à qui parler avec son compatriote, impérial à Austin. De retour en Europe, le double champion du monde ne s'affole pas pour autant. "Le podium constitue notre objectif. Il y a tant de courses encore à disputer", a prudemment annoncé Wilco Zeelenberg, le chef d'écurie Yamaha. Terminer derrière Marquez serait un échec pour celui qui s'est imposé deux fois en Andalousie lors des trois dernières saisons. D'autant que le jeune novice est peu à son aise sur la piste de Jerez. Champion du monde 125 cc (2010) et Moto2 (2012), le Catalan n'a jamais gagné dans le sud de l'Espagne dans ces deux catégories. "Je dois rester les pieds sur terre après mon succès aux Etats-Unis car ici  tous les pilotes ont beaucoup plus d'expérience que moi", a d'ailleurs considéré le pilote Honda.

Dani Pedrosa, qui n'a pas encore réussi à finir une course devant son jeune coéquipier - 2e à Austin - en fait partie, mais son dernier succès à Jerez remonte à 2008. Même si la victoire (pour moins d'une seconde sur Lorenzo) est revenue l'an passé à Honda, grâce à Casey Stoner aujourd'hui retraité des Grand Prix, le circuit espagnol correspond mieux aux qualités intrinsèques des Yamaha. "Les courbes rapides nous facilitent la tâche" a souligné Lorenzo. Avec sa troisième place au Texas, le pilote Yamaha âgé de 25 ans a signé le 100e podium de sa carrière toutes catégories confondues. Lors des essais hivernaux sur le circuit andalou, il avait dominé l'une des trois journées de tests. Autant de motifs d'espoir pour lui.

Rossi et Crutchlow en embuscade

Un espoir qui anime également Valentino Rossi. Revenu sur le devant de la scène depuis son retour dans l'écurie nippone, Il Dottor doit se rattraper de sa mauvaise 6e place à Austin. Vainqueur de quatre des dix dernières éditions de ce Grand Prix d'Espagne, l'Italien est prêt à mettre au pas Marquez. Cinquième au Qatar et quatrième aux Etats-Unis, le Britannique Cal Crutchlow convoite lui aussi le podium. Une ambition nourrit par un temps canon, le meilleur, lors du dernier jour des essais hivernaux à Jerez. Ejectée du top 5 des deux premières courses, l'écurie Ducati veut prouver en Espagne qu'elle peut se mêler à la lutte. Dovizioso et Hayden tenteront de succéder à Loris Capirosi, victorieux en 2006 du GP andalou.

En Moto2, Nicolas Terol, qui a renoué avec la victoire aux Etats-Unis après  18 mois de disette (ndlr: dernier succès en 125 cc au GP d'Aragon 2011),  tentera de s'imposer une nouvelle fois devant son public. Au guidon de sa Pons Kalex, il pourrait ainsi prendre la tête du championnat à Scott Redding (Kalex) très régulier depuis le début de la saison. Enfin, en Moto3, les Espagnols Alex Rins, Luis Salom et Maverick Vinales, tous trois sur KTM se tiennent actuellement en un seul point au classement  général. Vinales, considéré en début de saison comme le favori pour le titre, aura l'occasion d'accrocher une première victoire comme l'ont déjà fait ses deux compatriotes.

Jerome Carrere