Valentino Rossi : "Marquez m'a vraiment trahi"

Valentino Rossi : "Marquez m'a vraiment trahi"

Publié le , modifié le

L'Italien Valentino Rossi, nonuple champion du monde de MotoGP, a estimé que le pilote espagnol Marc Marquez l'avait "vraiment trahi", assurant qu'il n'y aurait "aucun rapport personnel" entre les deux, dans un entretien vendredi à la Gazzetta dello Sport.

"Après ce qui s'est passé, il ne pourra y avoir aucun rapport personnel entre nous deux. Même pas un minimum. Nous resterons cependant des adversaires en piste, pour quelques années je l'espère, et là on devra se respecter mutuellement", a déclaré Rossi. Le champion italien estime que Marc Marquez, pilote Honda qui avait perdu dès la fin septembre 2015 la possibilité de conserver son titre dans la catégorie reine, a tout fait pour aider son compatriote Jorge Lorenzo, coéquipier de Rossi chez Yamaha.

Rossi pénalisé

Lors du Grand Prix de Malaisie, fin octobre 2015, Rossi et Marquez ont ainsi mené un duel d'anthologie qui n'avait d'enjeu que pour l'Italien, alors en tête du classement général des pilotes. A des vitesses folles, les deux pilotes se sont touchés à plusieurs reprises, frisant la chute, jusqu'à ce que Marquez perde le contrôle après un accrochage qui n'a toujours pas livré tous ses secrets et dont les deux pilotes s'accusent mutuellement. Pénalisé, Rossi avait dû partir de la dernière ligne lors du GP de Valence en novembre, la dernière course de la saison, et en dépit d'une remontée spectaculaire, il n'a pas pu empêcher Lorenzo de le priver sur le fil d'un 10e titre mondial.

Rossi trahi

"Plus que toute autre chose, je me suis fait avoir par Marquez. Il m'a vraiment trahi. Il est arrivé en disant être mon fan, mais ce n'était que des conneries", a insisté Rossi dans l'interview. "A Assen (GP des Pays-Bas remporté par Rossi devant Marquez, ndlr), j'ai compris qu'il faisant semblant d'être mon ami seulement s'il me battait. C'est trop facile comme ça", a ajouté l'Italien. Valentino Rossi, 37 ans, se voit encore deux ans chez Yamaha puis ensuite dans des courses de voiture. Interrogé sur les favoris de la prochaine saison qui débute le 20 mars au Qatar, il a estimé que Lorenzo, le champion en titre, et dans une moindre mesure Marquez, étaient "les hommes à battre".

AFP