Suspension rétroactive pour West

Publié le , modifié le

Anthony West, contrôlé positif à un stimulant au Grand Prix de France en mai 2012, a été condamné à 18 mois de suspension rétroactive par le Tribunal arbitral du sport (TAS), a annoncé vendredi le TAS.

Pour ce contrôle positif au méthylhexanéamine, le pilote australien, 32  ans, avait été suspendu un mois par la Fédération internationale de motocyclisme l'an dernier. Mais l'Agence mondiale antidopage (AMA) a estimé que l'Australien méritait deux ans de suspension comme prévu par le Code mondial antidopage et fait appel devant le TAS, qui lui a donné en partie raison. "Compte tenu des circonstances du cas et du degré de faute de l'athlète, mais aussi que le méthylhexanéamine est un stimulant avec des effets à court  terme qui ne sont pas insignifiants en compétition, les arbitres ont considéré qu'il était approprié d'imposer une période d'inéligibilité de 18 mois, moins le mois de suspension déjà purgée", a souligné le TAS dans un communiqué.

Le TAS a fixé le début de la sanction au 20 mai 2012, date à laquelle le pilote avait subi ce contrôle antidopage. Tous ses résultats ont été annulés jusqu'à la fin de la suspension, qui s'achevait donc normalement mercredi. Le pilote australien avait réussi deux podiums coup sur coup en octobre 2012, se classant deuxième aux Grands prix de Malaisie puis d'Australie. Il a terminé la saison 2013 en 15e position au classement général du Championnat du monde de moto2. Anthony West avait fait valoir dans sa défense que ce stimulant provenait d'une boisson énergétique, qu'il avait achetée dans un magasin spécialisé sans savoir qu'elle contenait une substance dopante.

AFP