MotoGP : Quartararo a vécu son "Grand Prix le plus difficile"

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Fabio Quartararo (Yamaha)
Fabio Quartararo (Yamaha) lors du Grand Prix de République tchèque | DPPI

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Fabio Quartararo a terminé 7e du Grand Prix de République tchèque, après deux victoires lors des deux premières sorties de la saison. Le pilote français de Yamaha a jugé cette course comme le "Grand Prix le plus difficile" de sa carrière en Moto GP.

Fabio Quartararo a vu sa bonne série s'arrêter ce dimanche en MotoGP. Vainqueur des deux premiers Grands Prix de la saison organisés à Jerez, le Français de Yamaha n'a pu faire mieux que septième en République tchèque, loin du vainqueur sud-africain Brad Binder (KTM). Il reste malgré tout en tête du championnat du monde des pilotes, avec 17 points d'avance sur son premier poursuivant, l'Espagnol Maverick Vinales, 17e après deux podiums. 

Surpris par l'usure de ses pneus

"Ça a été très difficile, mon Grand Prix le plus difficile en MotoGP, a jugé Quartararo après la course lors d'un point presse virtuel. Je ne m'attendais pas à ce que mes pneus se dégradent autant. Les essais libres 1 à 3 n'ont pas été bons mais les essais libres 4 me laissaient penser qu'on pourrait se battre pour le podium ou la victoire." Une sensation rapidement contre-dite sur la piste ce dimanche. "On avait fait un pas en avant, on en a fait deux en arrière en course, a-t-il souligné. Dès le premier tour, j'ai réalisé que le potentiel de mon pneu arrière n'était pas bon. Il faut comprendre quel était le problème."

à voir aussi GP de République tchèque : Victoire de Brad Binder, Johann Zarco troisième, coup dur pour Quartararo GP de République tchèque : Victoire de Brad Binder, Johann Zarco troisième, coup dur pour Quartararo

L'apprentissage continue

Comprendre, pour éviter de revivre la même chose la semaine prochaine, en Autriche. "Nous avons fait de petites erreurs mais rien qui explique ce classement. C'est dur de tirer des leçons, a poursuivi Quartararo. J'étais à la limite du premier au 21e tour, donc je peux être heureux d'être resté sur mes roues et de ramener 9 points. Ça permet de garder les pieds sur terre après deux victoires, même s'ils étaient déjà bien sur terre. (...) L'an dernier, j'aurais certainement attaqué trop et j'aurais pu tomber. Je prends de l'expérience." Un apprentissage express pour le jeune pilote, qui vit sa deuxième saison en MotoGP à 21 ans seulement. 

Propos recueillis par AFP

France tv sport francetvsport