MotoGP : Marquez et Lorenzo attendus au tournant au Qatar

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Marquez et Lorenzo
Marquez et Lorenzo | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La saison de Moto GP s'apprête à reprendre ses droits, ce week-end, au Qatar. Quintuple champion du monde, l'Espagnol Marc Marquez vise une sixième couronne, mais aura fort à faire face à son coéquipier Jorge Lorenzo. Toujours en piste malgré ses 40 bougies, Valentino Rossi (Yamaha) visera une premier succès en Grand Prix depuis 2017, tandis que le Français Johan Zarco, devenu pilote d'usine pour KTM, a expliqué qu'un top 10 au général serait déjà une grosse satisfaction.

Unique course nocturne de la saison (20h00 locales, 17h00 GMT, 18h00 heure française), le grand prix de Losail (Qatar) lance la saison de MotoGP, avec tous les yeux fixés sur le duel au sommet entre les coéquipiers de Honda, Marc Marquez et Jorge Lorenzo. Grande favorite de ce championnat après avoir remporté les trois dernières éditions avec Marc Marquez, Honda a toutefois connu une intersaison difficile: opération de l'épaule gauche, attendue mais plus compliquée que prévue, pour Marquez et fracture inopinée du poignet gauche pour Lorenzo.

Du coup, les deux Espagnols pourraient ne pas être au top pour cette première course face à leurs rivaux de Ducati et de Yamaha même si Marquez affirme être revenu "presque à 100%" de ses capacités physiques. Lorenzo, 31 ans, connait lui la piste de Losail comme sa poche et y excelle, comptant pas moins de six victoires, dont trois en MotoGP (2012, 2013 et 2016). Marquez, 26 ans, y a triomphé deux fois (2012 en Moto2, 2014 en MotoGP) et aura soif de revanche après deux années difficiles passées chez Ducati.

Rossi toujours en piste

Du côté des Italiens, Andrea Dovizioso entend bien atteindre la plus haute marche du podium du championnat après avoir échoué sur la deuxième marche en 2017 et 2018. Vainqueur l'an dernier à Losail, il entend bien répéter son exploit même s'il n'a guère brillé lors des essais hivernaux, fin février sur cette même piste.

Il a un nouveau coéquipier en la personne de Danilo Petrucci, un compatriote promu de l'écurie satellite Ducati Pramac, au statut de deuxième pilote est clairement établi qui devrait éviter les tensions connues avec Lorenzo l'an passé.

Chez Yamaha, on prend les mêmes et on recommence avec l'indéboulonnable Valentino Rossi, maintenant quadragénaire, et Maverick Vinales, respectivement 3e et 4e du championnat 2018. La marque au diapason n'a engrangé qu'une seule victoire la saison dernière avec Vinales en Australie et la grande question reste de savoir si "Vale", qui a gagné son dernier championnat il y a dix ans, est encore en mesure de gagner une course. Troisième l'an dernier derrière Dovizioso et Marquez, il a gagné pour la quatrième et dernière fois à Losail en 2015.

Zarco débute chez KTM

Yamaha pourra aussi compter sur son écurie satellite Petronas SRT qui aligne cette année le jeune Français Fabio Quartararo et l'Italien Franco Morbidelli. Quartararo a brillé lors des essais hivernaux à Losail en terminant juste derrière Vinales et pourrait se laisser rêver à imiter son compatriote Johann Zarco qui, l'an dernier, s'était emparé de la pole-position avec la Yamaha "privée" alors alignée par l'écurie Tech3 maintenant passée chez KTM.

Yamaha SRT accueillera également un invité de choix à Losail en la personne du quintuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton venu en spectateur averti après avoir essayé une moto "Superbike" cet hiver. Johann Zarco est lui passé de "client" chez Yamaha à pilote d'usine chez KTM. Un pari sur le long terme et un objectif modeste fixé pour cette année de terminer dans les dix premiers.

Pour les catégories Moto2 et Moto3, la grande nouveauté sera la première sortie en course du moteur "trois pattes" de Triumph en remplacement du quatre cylindres de Honda utilisé depuis 2010 avec une augmentation de cylindrée de 600cc à 765cc à la clé. Et pour les deux catégories, le format de qualification adopté sera désormais le même que pour le MotoGP, à savoir que les 14 plus rapides (en moyenne) des sessions d'essais libres iront en Q2 alors que les autres se battront en Q1 pour 15 minutes. Les quatre plus rapides en Q1 auront ensuite une chance de rejoindre ceux qui seront déjà présents en Q2. Ce format définira en Moto2 et Moto3 les six premières lignes de la grille.

AFP