MotoGP - Fabio Quartararo : "Oui je joue le titre"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Fabio Quartararo, vainqueur du GP d'Andalousie
Fabio Quartararo, vainqueur du GP d'Andalousie | AFP - JAVIER SORIANO

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Vainqueur des deux premiers Grands Prix de la saison en MotoGP, Fabio Quartararo est, presque malgré lui, contraint d'avouer ses ambitions cette saison. "Allez, je vais me lancer : oui je joue le titre", a-t-il dit au micro de Canal + après l'arrivée à Jerez. 5e la saison dernière de sa première saison dans cette catégorie, avec la blessure de Marc Marquez, sextuple champion du monde, le Français de 21 ans a survolé la course sur sa Yamaha.

Que peut-il dire ? Après deux Grands Prix,  deux victoires, deux poles-positions, et surtout une deuxième course totalement survolée et maîtrisée, Fabio Quartararo ne peut pas se cacher lorsqu'on lui demande s'il joue le titre cette saison : "Allez, je me lance, oui je joue le titre", a-t-il reconnu au micro de Canal + juste après sa course. Au guidon d'une Yamaha qui a été largement supérieure aux rivaux sur ce circuit de Jerez (1er triplé depuis 2014), le Français s'est mis en situation d'avoir des ambitions très élevées.

à voir aussi GP d'Andalousie - MotoGP : Victorieux, Fabio Quartararo, seul au monde, devient le premier Français à remporter deux GP dans la catégorie-reine GP d'Andalousie - MotoGP : Victorieux, Fabio Quartararo, seul au monde, devient le premier Français à remporter deux GP dans la catégorie-reine

Désormais, il fait une petite sieste avant la course, et ses points faibles, "je les cache bien". Ou plutôt, il les travaille. Beaucoup. "On savait qu'on était performants dans les tours rapides, mais ce qui nous manquait, c'était le rythme en course", reconnaissait-il. Ce dimanche, pour la deuxième course de suite à Jérez, il a montré qu'il possédait désormais une cadence digne des meilleurs. Personne ne saura si Marc Marquez, qui a préféré renoncer à la course après son opération de l'humérus, aurait pu suivre le rythme ou même être plus rapide s'il avait été là à 100% de ses moyens. Mais ce dimanche, il n'y avait personne pour suivre le Français. L'Espagnol, connu pour sa cadence infernale en course, sera de retour lors de la prochaine course. Sans doute pas à 100%. Le combat va se poursuivre. "On va travailler encore plus fort", annonce-t-il, conscient que la concurrence ne va pas rester inactive face à cette suprématie de début de saison. Il a découvert, lors de cette course, les sensations d'un leader : "C'était difficile de faire les 25 tours en tête avec cette chaleur", racontait-il. Ses mains, ses bras, son torse le brûlaient sous l'effet de la chaleur ambiante. "C'étaient des conditions les plus extrêmes."

Cinquième du championnat du monde la saison passée, alors qu'il découvrait la catégorie-reine, il a débuté idéalement la saison 2020 qui sera écourtée en raison du Covid-19. Avec 50 points, il possède déjà dix points d'avance sur son premier poursuivant, Maverick Vinales (Yamaha). Ce n'est qu'un début. Même moins longue que d'habitude, la saison est loin d'être finie.