Suzuki Vinales Silverstone
Maverick Vinales (Suzuki) a fait cavalier seul en Grande-Bretagne | GIGI SOLDANO / DPPI Media

MotoGP : Au tour de Suzuki et Vinales

Publié le , modifié le

Le MotoGP vit une période faste. La catégorie reine n’est plus vampirisée par une marque ou un pilote, aussi charismatique soit-il. A défaut de suspense au sommet du classement largement dominé par Marc Marquez, chaque course livre son lot de surprises. En Grande-Bretagne, les projecteurs se sont braqués sur Suzuki et Maverick Vinales.

Yamaha peut se frotter les mains. Pas d’avoir perdu la tête du championnat constructeurs au profit de Honda mais d’en avoir obtenu une autre. Maverick Vinales leur a fait mal dimanche à Silverstone mais l’année prochaine il sera des leurs. Arraché à Suzuki, le Catalan sera certainement l’un des hommes forts du MotoGP dans les saisons à venir. Sur le circuit anglais, le champion du monde Moto3 2013 a confirmé son potentiel et celui de sa machine. Grâce à une grosse attaque dans les premiers tours, Vinales a laissé ses rivaux se battre derrière pour les accessits. Une victoire pleine de maîtrise et de maturité qui est tout sauf une surprise. « Dès le départ, j'ai essayé d'attaquer fort pour prendre un avantage puis je n'ai plus eu qu'à contrôler la course », a expliqué l’Espagnol.

Maverick Vinales voulait sa victoire

Un coup d’œil aux derniers résultats avait donné la rage à Vinales. Lors des quatre Grand-Prix précédents, trois pilotes avaient ouvert leur compteur dans la catégorie reine : Jack Miller, Andrea Iannone et Cal Crutchlow. Le Catalan comptait bien être le prochain et pas dans quelques années. « Je me sentais bien et je savais qu'ici nous avions le potentiel pour gagner mais, en sport mécanique, on n'est jamais sûr de rien. On vient de prouver que tout le travail accompli ces dernières semaines allait dans la bonne direction. » Suzuki n’avait plus gagné en MotoGP depuis la victoire de Chris Vermeulen en 2007. C’était au Mans et sous la pluie. Sinon il fallait remonter à 2001 avec Sete Gibernau, un an après le sacre de Kenny Roberts Jr sur la RGV500.

C'est Marquez qui en profite le mieux

Depuis son retour en 2015, la marque japonaise est régulièrement montée en puissance, Vinales obtenant un premier podium au Mans cette année. Il suffisait de saisir sa chance au bon moment sur un tracé sinueux qui convient bien à la GSX-RR. En attendant l’arrivée de KTM la saison prochaine, Suzuki confirme avec cette victoire les bonnes décisions prises par le MotoGP qui a réussi à resserrer les écarts grâce à l’introduction d’un boîtier électronique unique et au retour de Michelin. Ce renouveau est un bol d’air pour la moto et cela fait aussi le jeu de Marc Marquez. Impérial sur la première moitié de la saison, l’Espagnol bénéficie de cette mini révolution pour asseoir sa domination et empêcher un éventuel retour de Valentino Rossi. Au « Docteur » de se servir des Vinales, Crutchlow et consort pour reprendre des gros points au pilote Honda.

Xavier Richard @littletwitman