Alexis Masbou, Moto 3
Le pilote français Alexis Masbou | PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Masbou: "Cette saison, je vise le top 5"

Publié le , modifié le

Septième du Grand Prix du Qatar, course inaugurale de la saison, Alexis Masbou vise le Top 5 du championnat en Moto 3. Treizième en 2012, huitième en 2013, l'Albigeois de 26 ans a renoncé à passer dans la catégorie supérieure pour retrouver le chemin d'un podium qu'il n'a connu qu'une seule fois dans sa carrière. Dès le GP d'Austin dimanche?

Vous attaquez votre neuvième saison en GP mais vous n'avez jamais été plus haut que la catégorie Moto 3...

Alexis Masbou: Ca passe à une vitesse folle, j’ai l’impression que j'ai commencé hier! Ca me fait toujours autant plaisir d’être là. Les parcours des pilotes français ne sont pas toujours aussi rectilignes que ceux de Valentino Rossi et Marc Marquez, qui arrivent et montent très rapidement en Moto GP. On a, pour la plupart d'entre nous, connu des moments difficiles. On a dû se battre et rebondir dans différentes catégories selon les possibilités. C’est vrai que ça fait un moment que je me bats pour rester dans les catégories GP. Depuis mon retour en 2011 après être repassé par le Championnat de France, je me sens beaucoup mieux et j’ai une progression plus régulière.

Vous avez été opéré deux semaines avant le GP du Qatar. Comment vous sentez-vous ?

AM: Beaucoup mieux, même si je ressentais encore quelques gênes au Qatar. Je m’étais fait opérer deux semaines auparavant. C'était important de le faire pour me sentir à l’aise pendant le reste de la saison. Après ma chute de 2012 (lors d'essais à Vallelunga en septembre, ndlr), ça a été dur de tout reprendre physiquement, autant pour le fémur que le scaphoïde. L’an dernier, mon scaphoïde m’a pas mal fait galérer, même si je n’en ai pas beaucoup parlé. J’ai eu des moments très douloureux. Il fallait que j’évacue ce problème. Là, ça a bien progressé. Je ne serai pas forcément à 100% à Austin voire en Argentine mais avec la course que j’ai fait au Qatar et les sensations que j’ai ressenti, je pense que ça ne va quasiment plus me gêner sur la moto par la suite pour continuer mon travail et ma progression.

Racontez-nous votre Grand Prix du Qatar...

AM: J’ai fait un bon week-end même si, malheureusement, j’ai fait une erreur pendant les qualif' qui a un peu ruiné tout ça. En course, le rythme était bon mais je n’ai pas vraiment concrétisé dans les derniers tours. J'ai eu un problème avec le sélecteur suite à ma chute de la veille et j'avais quelques douleurs à la main. Même si j’avais encore de la force, j’avais un peu moins de sensation sur la fin. Puis mes pneus se sont dégradés parce que j’avais pas mal tapé dans mon quota pour remonter sur le groupe de tête. Tout ça a fait qu’il manquait quelques dixièmes pour monter sur le podium. Mais 7e, c’est déjà beaucoup mieux que ce que je m'étais fixé dans mon calendrier de remise en forme.

"Honda est la meilleure marque du championnat"

Pour la première fois de votre carrière, vous semblez avoir une machine compétitive chez Honda, qui a placé deux NSF250R sur le podium à Losai... 

AM: On a été surpris par le bond en avant effectué par le moteur Honda au Qatar, sachant que l'on avait du mal à se maintenir dans le Top 10. On était inquiet mais à Losai, dès la sortie des stands, j’ai senti qu’il y avait eu une grosse évolution. J’ai fait la meilleure vitesse de pointe du week-end et le meilleur temps au tour à deux ou trois reprises. Il y a avait deux pilotes Honda sur le podium donc la moto a sacrément progressé et c’est plutôt rassurant. Pendant un moment, je me suis demandé si j’avais fait le bon choix en restant chez eux parce que je voulais passer en Moto 2 cette saison. Mais quand ils m'ont dit qu'ils voulaient mettre des motos et moteurs performants pour aller chercher le championnat cette année, je n’ai pas tellement hésité. Pour moi, Honda est la meilleure marque du Championnat et j’ai confiance en eux. Quand ils m’ont proposé ça, surtout que j’étais le premier à signer avec eux sur ce projet, je ne savais pas trop.

Et finalement, cela ressemble à un choix payant...

AM: J'ai vu dès la première course que le boulot avait été bien fait en peu de temps. En cinq mois, ils ont créé un chassis, un moteur, des carénages, des entrées d’air, des échappements, enfin, une moto complète! Même si Honda est le meilleur constructeur ou au moins le premier mondial, ce n'était pas chose aisée. Je suis très content. Maintenant, je ne suis pas sûr d'avoir la meilleure moto du plateau, ou au moins pas encore, parce qu'on ne l’exploite pas encore suffisamment. Elle est très rapide donc elle va faire des grosses vitesses de pointe toute la saison mais il y a encore du travail sur l’accélération. Forcément, on ne peut pas avoir vitesse et accélération: il ft trouver un compromis. Pour l’instant, on ne l’a pas mais on a la vitesse. On va travailler pour équilibrer tout ça selon les pistes, avoir un peu plus d’accélération ou d’allonge. Mais on est au moins sur un pied d’égalité avec les KTM. Et c'est ça qui est important pour moi.

"On peut gagner des courses et faire des podiums"

Quels sont vos objectifs cette saison ?

AM: Etre dans les 5 en Championnat. Je finis 13e en 2012, 8e la saison passée donc si je termine au-delà du Top 5 je serai forcément très déçu. Pour l’instant je n’y pense pas mais je crois que l’on a la possibilité de gagner des courses et de faire des podiums. Je vais essayer de me concentrer là-dessus puis on verra à la fin de la saison où je me situe et si je peux jouer quelque chose au général. Ca fait longtemps que je suis là et je me rends compte que pour faire de bons résultats il faut prendre week-end par week-end. C’est ce que je vais faire. Le Qatar est passé, maintenant tout repart à zéro. On a fait une très bonne saison l’an dernier avec cette équipe, je me suis bien senti avec eux. Et dans les moments difficiles, ils m’ont soutenu. C'est facile d’avoir beaucoup de gens autour de soi quand on va vite et qu'on gagne des courses, moins quand c’est difficile. On a eu quelques mauvais moments l’an passé. Mais l'équipe a toujours gardé confiance et m’a soutenu. Ca a été un des facteurs importants pour prolonger l'aventure avec Honda en 2014.

Jouerez-vous le podium à Austin ?

AM: Cette année je veux faire des Top 5. Ensuite, il y a beaucoup d’inconnues entre la 5e et la 1ère place, surtout avec la physionomie de course que l'on a pu voir au Qatar. Les petites erreurs vont coûter cher et ça ne va pas se jouer sur grand-chose. Entre 1 et 5, je serai content. Un podium, je n’en ai fait qu’un et ça date maintenant. Ca me stresse un peu de penser à ça. Pour moi, l'objectif, c’est plutôt de faire bien. En faisant les choses correctement on peut jouer devant, comme on l’a vu au Qatar. On va essayer de reproduire ça et de faire de bonnes qualif' parce que c’est ce qui nous a manqué pour concrétiser en course à Losai. La moto fonctionne bien donc ça va se jouer dans les derniers tours. On le sait.

Votre compagne est boxeuse. Pratiquez-vous avec elle?

AM: Ca arrive mais je suis pas le seul. Beaucoup de pilotes font de la boxe ou des sports de combats pour gagner en agressivité, en rapidité et travailler la vision. Ce sont beaucoup de points positifs pour la moto.

Jerome Carrere