Marquez vise le 7/7 à domicile

Marquez vise le 7/7 à domicile

Publié le , modifié le

Vainqueur des six premières courses de la saison, Marc Marquez (Honda) aimerait réaliser la passe de sept lors du Grand Prix de Catalogne, ce week-end. A domicile, puisqu'il est né à quelques kilomètres du circuit, le Catalan sait que la concurrence est de plus en plus pressante, à l'image de Jorge Lorenzo ou Valentino Rossi (Yamaha), mais aussi de Dani Pedrosa (Honda). Et sur un tracé qu'il apprécie peu, il aimerait s'imposer une deuxième fois dans sa carrière, quatre ans après son seul succès en 125cc en 2010.

Un de plus. Marc Marquez rêve de décrocher un succès de plus, ce week-end. S'il passe le premier la ligne d'arrivée dimanche, le Catalan égalera Valentino Rossi, seul pilote à avoir enchaîné sept succès lors des sept premières courses en MotoGP, en 2002. Né à Cervera, à une centaine de kilomètres d'ici, il jouera à domicile. Mais ce tracé ne lui va pas vraiment comme un gant, contrairement à ses rivaux.

Brillant vainqueur d'un mano a mano de toute beauté avec Jorge Lorenzo lors  du Grand Prix d'Italie, le champion du monde en titre a néanmoins pu vérifier  que la concurrence devenait plus pressante.  Victorieux pour 121/1000e de seconde, alors que Rossi montait sur la  troisième marche du podium avec un peu plus de deux secondes de retard,  Marquez, 21 ans, devra se méfier de ses glorieux aînés, auréolés de multiples  victoires sur ce tracé aux nombreux virages à grand angle pris à pleine vitesse. Le plus titré d'entre eux n'est pas Catalan, mais Italien: Rossi, qui n'a  pas remporté de course depuis près d'un an, lors du Grand Prix des Pays-Bas, a  inscrit là neuf victoires, pour autant de titres mondiaux à son palmarès. "C'est un tracé que j'adore. Il est fantastique mais je sais que pour pouvoir  me battre contre Jorge et Marc, je devrai être fort dès la première séance  d'essais libres", a-t-il reconnu.

Lorenzo et Pedrosa également à domicile

Son principal adversaire, comme souvent en sport mécanique, sera bien son  propre coéquipier, Jorge Lorenzo. Déjà victorieux en 2010 et 2012, années de  ses sacres mondiaux, Lorenzo a dérogé à la règle l'an dernier en inscrivant un  troisième succès en terre catalane mais en perdant le Championnat du monde pour  quatre points. "A l'instar du Mugello, Montmelo est l'un de mes circuits préférés et je  vise au moins le podium", a prévenu le pilote Yamaha qui se considère "chez  lui" en Catalogne pour avoir habité longtemps à Barcelone, alors qu'il est né à  Palma de Majorque.

Bien remis de ses soucis physiques - il s'est cassé deux fois la même  clavicule l'an passé - Lorenzo semble entrer dans le deuxième tiers de la  saison avec un meilleur moral. Cinquième à 85 points de Marquez, la  "reconquista" de son titre parait bien compromise mais il n'accuse que 34  points de retard sur le deuxième, Rossi. L'an dernier, à ce stade de la saison, Marquez était distancé de 30 points par Pedrosa qui menait le Championnat... Pedrosa, deuxième l'an passé à 1,7 seconde de Lorenzo, possède également  tous les atouts pour figurer aux avant-postes. Vainqueur, comme Rossi, dans  toutes les catégories - en MotoGP en 2008 - il était parti en position de  pointe l'an passé en pulvérisant le record de la piste. En meilleure forme  physique, l'éternel vice-champion du monde peut envisager un nouveau succès  devant tous ses amis venus de Sabadell, à une vingtaine de kilomètres du  circuit, où il est né il y a 28 ans.

AFP