Marc Marquez (Honda) Argentine
Marc Marquez (Honda) lors du GP d'Argentine | MILAGRO / DPPI MEDIA

Marquez au triple galop

Publié le , modifié le

Il y a du KO dans l'air en MotoGP. Après seulement trois courses, Marc Marquez (Honda) domine sans partage le championnat du monde. Le trou n'est pas encore fait mais l'Espagnol a pris un ascendant évident sur une concurrence presque résignée.

Chargé. Marc Marquez rentre sur le Vieux Continent avec un carton plein ! Trois courses et trois succès, le champion du monde espagnol ne laisse que des miettes à ses rivaux depuis l'ouverture de la saison au Qatar. Une chasse bien gardée et des statistiques incroyables qui s'accumulent. On n'avait pas vu une telle maîtrise depuis le grand Valentino Rossi en 2001. Marquez roule même dans les pas du légendaire Giacomo Agostini avec ses trois poles consécutives assorties de trois victoires réalisées en 1971. A l'époque, l'Italien avait enchaîné huit succès de rang en 500 cm3 tout en participant aux courses de 350 cm3. Marquez en est encore loin mais ce qu'il fait force l'admiration. L'Espagnol ne se contente pas de faire résonner l'hymne de son pays. Totalement remis de sa fracture au péroné droit contracté mi-février, il est aussi en tête de presque toutes les séances d'essais. En Argentine, il a frôlé le week-end parfait car seul le libre 1 est tombé dans l'escarcelle de Lorenzo. L'unique bémol réside dans son départ raté qui l'a obligé à remonter cinq places. Ouf, Marquez a entretenu lui-même le suspense dimanche avant de fondre sur un Lorenzo impuissant. "C'était bien, j'ai pris des risques pour revenir (sur Lorenzo). Puis après, j'ai réussi à maintenir l'écart", a indiqué le pilote Honda.

L'Europe lui résiste encore

On ne va pas écrire trop vite que le championnat est plié d'autant qu'une chute peut très vite tout remettre en cause. Pour rassurer ses rivaux Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo, on peut se dire que Marquez était intouchables sur des courses atypiques (Sakhir se déroule de nuit, Austin et Termas de Rio Hondo sont deux circuits encore méconnus, ndlr). Que la vraie saison va commencer à Jerez et au Mans où la domination de Marquez ne s'exerce pas encore. L'Espagnol n'a jamais gagné en Andalousie et ne s'est imposé qu'une fois dans la Sarthe (2011 en Moto2). Au classement, les écarts se creusent mais ils ne sont pas encore rédhibitoires. Pedrosa n'est qu'à 19 pts et Rossi 34. Quant à Lorenzo, sa 2e place en Argentine le relance dans la course au titre (7e à 44 pts de Marquez). "J'étais déçu de mon début de saison. Ce n'est pas notre meilleur moment, mais on s'accroche", a assuré Lorenzo. Les trois prochaines courses diront si le pilote Yamaha peut s'immiscer dans le duel des Honda officielles. Après, ce sera uniquement à Pedrosa de jouer.

Xavier Richard @littletwitman