Marc Marquez, la Grande-Bretagne pour oublier Brno

Marc Marquez, la Grande-Bretagne pour oublier Brno

Publié le , modifié le

Battu pour la première fois de la saison sur le circuit de Brno voici quinze jours, Marc Marquez (Honda) veut renouer avec la victoire ce week-end lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. Le champion du monde en titre et incontestable leader de l'actuel championnat revient sur un circuit où il ne s'est jamais imposé en MotoGP (il a gagné en Moto3 en 2010). Deuxième en République tchèque derrière Dani Pedrosa, Jorge Lorenzo (Yamaha) est double tenant du titre ici-même. Ce sera l'un de ses principaux rivaux.

Même si Marquez a égalé le nombre de victoires consécutives obtenues par  l'Italien Giacomo Agostini (MV Agusta) en 1970 et l'Australien Mick Doohan  (Honda) en 1997, le record absolu d'Agostini (20 victoires consécutives sur 2  saisons) semble désormais bel et bien inaccessible. Presque un soulagement pour  Marquez qui, pressé par les observateurs, se sentait obligé de gagner chaque  course.

Deuxième, à 81/1000e de seconde de Lorenzo l'an passé en Grande-Bretagne au  terme d'une course haletante, l'Espagnol souhaite surtout conserver "sa bonne  forme physique actuelle pour piloter en course à 100 %" de ses capacités.  L'année dernière, à quelques heures du départ, lors du warm up, il s'était luxé  une épaule. La partie risque donc d'être de nouveau difficile aussi bien pour Lorenzo,  toujours en quête d'un premier succès cette année, que pour Pedrosa. "L'an  passé j'ai été décroché par Lorenzo et Marquez (ndlr: il avait terminé à 1,5  seconde du vainqueur) mais cette fois j'espère bien rester avec eux", a assuré  Pedrosa qui occupe la 2e place du Championnat à tout de même 77 points du  leader.

246e départ pour Valentino Rossi​

Valentino Rossi, 3e du classement général devrait quant à lui effectuer son  246e départ en catégorie reine à l'occasion de ce Grand Prix, devenant ainsi  seul détenteur du plus grand nombre de participations devant le Brésilien Alex  Barros. Le nonuple champion du monde cherchera probablement à améliorer ses  performances sur ce tracé qui ne lui a guère réussi jusqu'à présent. En effet,  avec le circuit d'Austin et des Thermes de Rio Hondo en Argentine, récemment  mis en service, Silverstone demeure la seule piste sur laquelle il n'a pas  signé un podium.

De même, les Britanniques chercheront à mettre à mal le signe indien qui ne  leur a jamais permis de gagner sur leur terre, ni en 500 cc - même à l'époque  de Barry Sheene, le charismatique double champion du monde 1976 et 1977 - ni en  MotoGP. Dimanche, ils seront cinq - Cal Crutchlow, Bradley Smith, Scott  Redding, Michael Laverty et Leon Camier - pour essayer d'inverser le courant de  l'histoire.

AFP