Marc Marquez, attention prodige !

Marc Marquez, attention prodige !

Publié le , modifié le

L'Espagnol Marc Marquez qui s'est emparé dimanche du titre MotoGP dès sa première saison dans la catégorie reine a tout d'un prodige prêt à prendre la succession dans le coeur des amateurs de vitesse de l'Italien Valentino Rossi à qui on le compare souvent. Au moment où le paddock s'interroge sur l'avenir du "Dottore", septuple champion du monde sur le déclin depuis trois saisons, l'émergence du gamin de Cervera semble ouvrir une nouvelle ère.

A 20 ans et 266 jours, Marquez est devenu le plus jeune champion du monde  de l'histoire du MotoGP, effaçant des tablettes l'Américain Freddie Spencer  couronné dans la catégorie reine en 1983 à l'âge de 21 ans et 258 jours. Ce sacre historique intervient un an après le titre en Moto2 et trois  saisons après celui en 125 cc (Moto3) à 17 ans à peine, deux ans après ses  débuts en compétition. Comme Rossi pour qui il dit éprouver "une immense admiration", Marquez a dû  culot à revendre et surtout un sens du spectacle qui devrait faire le bonheur  des fans de moto en quête de pilotes charismatiques au moment où le cuir du  "Docteur" commence à craqueler. Marquez n'a pas mis longtemps à s'adapter aux contingences de la MotoGP.  Dès le premier Grand Prix de la saison, le pilote Honda, engagé pour épauler  son compatriote Dani Pedrosa, avait marqué les esprits en se frottant sans  complexe à Jorge Lorenzo, champion du monde en titre, et Valentino Rossi. Troisième à Doha, il était devenu deux semaines plus tard à Austin aux  Etats-Unis le plus jeune pilote de l'histoire à remporter un Grand Prix dans la  catégorie reine à 20 ans et 63 jours, effaçant le record de précocité de  Freddie Spencer.

Un acrobate d'exception

2013 devait être "une saison d'apprentissage", avait prévenu Marquez. Mais  les chutes et blessures à répétition des deux favoris pour le titre, Lorenzo et  Pedrosa, ont changé la donne. Marquez n'a lui commis que peu d'erreurs. C'est  l'une des spécificités de ce frêle gamin de 59 kilos: c'est un acrobate  d'exception. A l'instar de Rossi, il se retrouve rarement au sol en course, ce qui  explique en partie ses six succès cette saison, ses seize podiums et ses neufs  "pole" (sur 18 possibles). Il fallait le voir à Valence faire virevolter sa machine dans des virages  abordés entre 160 et 250 km/h. "Il a un talent incroyable. Et son visage angélique cache un véritable  guerrier. Il a aussi prouvé qu'il dispose d'un mental de champion",  s'émerveille Rossi qui a pourtant lutté face à d'autres pilotes de grands  talents. Si le célèbre N.46 continue à faire recette dans les gradins toujours  colorés de jaune, la "Marquezmania" ne devrait pas tarder à décoller. Les années qui viennent devrait offrir aux spectateurs de beaux duels entre  Lorenzo (26 ans) et son jeune compatriote, figures de proue de Yamaha et Honda.  Deux surdoués. S'il veut perturber l'ascension du prodige Marquez, Lorenzo  devra de nouveau s'employer...

AFP