Lorenzo Yamaha portrait
Jorge Lorenzo (Yamaha) | ANDREAS SOLARO / AFP

Le miracle Lorenzo est en marche à Assen

Publié le , modifié le

Victime d'une fracture de la clavicule jeudi suite à une chute lors des essais libres, opéré à Barcelone dans la nuit de jeudi à vendredi, Jorge Lorenzo (Yamaha) a été autorisé à participer au warm-up du Grand Prix des Pays-Bas, ce matin. Après quelques minutes de séance, il a enfourché sa moto et s'est lancé sur la piste pour réaliser le 8e temps. Le champion du monde en titre, qui n'a que 7 points de retard au championnat sur le leader Dani Pedrosa (Honda), devrait donc participer à la course de MotoGP.

Jorge Lorenzo et son équipe ont tout fait pour qu'il ait une chance de disputer le Grand Prix des Pays-Bas. Victime d'une grosse chute lors des essais libres jeudi, il avait été rapatrié à Barcelone, son état le permettant, pour y être opéré dans la nuit de jeudi à vendredi. Deux heures d'opération, une plaque en titane et des vis, et il était remis sur pied. Du coup, en fin de journée, vendredi, il était de retour à Assen, alimentant un peu plus la rumeur d'une possible participation à l'épreuve de MotoGP. Et un premier feu vert a été donné ce matin. L'équipe Yamaha a annoncé que l'Espagnol était autorisé à participer au warm-up, ce matin à 9h40. Les médecins officiels lui permettent ainsi de tester sa blessure sur le circuit. Et si la douleur n'est pas trop intense, nul doute que le champion du monde en titre sera au départ, cet après-midi, pour ramener quelques points et limiter la casse face à Dani Pedrosa (Honda), le leader du championnat. Mais une chute, un accrochage pourraient avoir de grosses conséquences pour sa fin de saison.

Après quatre minutes de séance, l'Espagnol s'est levé de sa chaise, a enfourché sa moto et s'est élancé sur la piste. Vingt-quatre heures après son opération à Barcelone. Et au fil des tours, à mesure qu'il se rassurait, Jorge Lorenzo assurait des temps de plus en plus convaincants, réalisant le 9e temps, puis le 7e, puis le 5e, se rapprochant des meilleurs comme s'il n'avait pas vécu les désagréments de ces 48 dernières heures. Finalement, il réalisait le 8e temps, et pouvait s'entraîner au départ. Il n'y avait plus de doute: il sera au départ du Grand Prix cet après-midi. "Je vais courir, a affirmé Lorenzo à plusieurs journalistes. Les premiers  tours du warm-up (samedi matin) ont été très douloureux, surtout à  l'accélération, quand j'avais besoin de bien tenir la moto. J'hésitais entre  abandonner et continuer mais j'ai continué et la douleur s'est heureusement  estompée. Finir la course serait une petite victoire mais j'aimerais marquer au moins cinq points. En avoir moins serait une bien piètre récompense après autant d'efforts et de souffrance".

"Merci pour vos messages de soutien", avait-il écrit sur Twitter Lorenzo à ses supporteurs dans la matinée. "Juste pour vous, ça vaut la peine d'essayer." Selon le règlement, un pilote peut disputer une course 24 heures après une  anesthésie. Et même s'il n'a pas pris part aux qualifications, son meilleur  temps des essais libres lui permettra de partir en 12e position. Vendredi matin, la  possibilité qu'il dispute la course était jugée "très limitée" par Yamaha. Jeudi, une convalescence de quatre semaines avait même été envisagée par les  médecins de la course. Mais les pilotes moto ne sont pas faits comme tout le monde...