Mathieu Lagrive Kawasaki
Mathieu Lagrive (Kawasaki) | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

La Suzuki N.1 en tête après la chute de la Kawasaki N.11

Publié le , modifié le

La Kawasaki N.11, en tête des 24 Heures du Mans depuis les premières heures, a chuté sans gravité samedi abandonnant sa première place à la Suzuki N.1 championne du monde en titre.

En difficulté au freinage du virage de la Chapelle, Fabien Foret est sorti de la piste sans dommage vers 22h00, alors que sa moto possédait près de 50 secondes d'avance sur la Suzuki. Avec Grégory Leblanc à son guidon, la Kawasaki a repris la course en 16e position. La moto du SERT possède dorénavant deux tours d'avances sur la Honda N.111 et trois tours sur la Yamaha du GMT 94 retardée par une chute dans les premiers hectomètres de cette dernière manche du Championnat du monde.

Les premières soixante minutes de la course ont ainsi été très animées. A l'entrée de la chicane qui suit la rapide courbe Dunlop, le Belge Olivier  Depoorter, au guidon de la Yamaha N.41, a perdu l'avant de sa moto glissant et  heurtant deux concurrents dont l'Espagnol David Checa, qui avait pris le  premier relais sur la N.94. La Yamaha R1 de l'écurie française GMT 94, en tête du Championnat du monde, se voyait pénalisée lourdement après...un kilomètre d'une course qui en compte  en général aux alentours de 3500.

La N.94 regagne 45 places

Kenny Foray devait en reprendre le guidon après un arrêt au stand de cinq  minutes et la perte de trois tours et demi. Pointant alors à la 52e place,  l'équipage réussissait en cinq heures à la hisser au 7e rang avec un retard à  peu près similaire en terme de distance. Ce premier fait de course était rapidement masqué par la lutte qui devait  se dérouler aux avant-postes avec l'apparition de cette BMW "Open", qui s'était  déjà fait remarquer lors des essais libres et avait réalisé le 10e temps lors  des essais qualificatifs.

Un chute de l'Australien Glenn Allerton devait rétrograder quelque peu la  moto bavaroise malgré les meilleurs tours en piste réalisés régulièrement par  Barrier et l'Américain Jason Pridmore. La sortie de route de David Dumain le rédacteur-en-chef de Moto-Journal -  en simple observation ce soir au CHU du Mans - devait quant à elle priver de  course le perchiste recordman du monde Renaud Lavillenie. 

A peine trente minutes s'étaient écoulées depuis le départ que le pilote de  la N.63 perdait le contrôle de sa machine dans la courbe Dunlop, l'endroit le  plus rapide du circuit. Détruite, la Suzuki GSXR-1000 terminait sa course au  bord de la piste tandis que le récent champion d'Europe d'athlétisme, qui avait  réalisé des essais qualificatifs encourageants, se déclarait "frustré de  n'avoir pas fait un tour de roue en course tout en étant inquiet pour la santé  de son ami".

AFP