Marc Marquez (Honda) sur le circuit Bugatti du Mans
Marc Marquez (Honda) sur le circuit Bugatti du Mans | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

GP de France : Marc Marquez face à une meute de prétendants

Publié le , modifié le

Le GP de France s’annonce bouillant ce week-end sur le circuit Bugatti du Mans. La liste des prétendants à la victoire sont de plus en plus nombreux, de Marc Marquez (Honda) jusqu’à Fabio Quartararo (Yamaha).

A qui le tour ? Avec déjà trois vainqueurs différents en quatre courses, le MotoGP donne le tournis. Un resserrement vertigineux qui revigore la catégorie reine. Lors des premiers essais libres vendredi matin, il y avait 6 constructeurs différents aux 8 premières places avec tout en haut de la feuille Fabio Quartararo sur sa Yamaha Petronas, seul pilote à descendre sous les 1’32’’. Une confirmation pour le jeune français, plus jeune poleman de l’histoire à Jerez que seul un ennui mécanique à empêcher de monter sur le podium. Ce coup d’éclat en Espagne, c’est « une motivation supplémentaire avec aussi plus de stress et de pression », avait prévenu le Niçois.

Les Espagnols à domicile

Avec la pluie qui s’annonce dans la Sarthe ce week-end, il faudra se montrer solide pour briser l’hégémonie ibérique. Car depuis 2011, il faut être espagnol pour s’imposer au Mans en MotoGP. Fort de deux succès cette saison, Marc Marquez reste le favori, d’autant qu’il peut dimanche offrir sa 300e victoire à Honda en catégorie reine. Après sa chute dans le Texas, le septuple champion du monde se méfie. « Le Mans peut être un Grand Prix piégeux, surtout avec le temps, et il faut être prêt pour tout type de conditions", a-t-il souligné jeudi en scrutant le ciel.

Si le sélecteur de vitesse nous a privé d’un final haletant entre Quartararo et Marquez à Jerez, il ne faudrait pas écarter les Ducati de Dovizioso et Petrucci et la Suzuki d’Alex Rins. « Le Mans est difficile car c'est surtout du stop and go mais les progrès effectués avec la moto depuis l'an dernier et mon expérience grandissante sont deux facteurs importants pour une bonne course en France », souligne le jeune Espagnol qui souhaite garder les pieds sur terre malgré tout. Si on ajoute les Yamaha officielle et la KTM de Pol Espargaro, ça promet une belle empoignade.

à voir aussi Fabio Quartararo, petit diable du MotoGP Vidéo 07:35 Fabio Quartararo, petit diable du MotoGP