L'Espagnol Jorge Lorenzo
L'Espagnol Jorge Lorenzo | GIGI SOLDANO / DPPI MEDIA

GP d'Aragon: Lorenzo gagne et grignote du terrain sur Rossi

Publié le , modifié le

Rien n'est joué pour le championnat du monde : l'Espagnol Jorge Lorenzo a réduit son retard sur Valentino Rossi et pimenté la fin de saison de MotoGP en s'imposant dimanche au GP d'Aragon.

A quatre manches du terme, aucune des trois catégories n'a livré son verdict sur le circuit d'Alcañiz, dans le nord-est de l'Espagne. Et les courses, très spectaculaires, ont contribué à entretenir le suspense, à l'image de la splendide passe d'armes entre Dani Pedrosa (2e) et Rossi (3e) en MotoGP. Il faut dire que devant eux, Lorenzo (Yamaha) a rapidement été intouchable devant son public. Avec son style fluide, le Majorquin a mené de bout en bout, bien aidé par l'abandon de son poursuivant le plus proche, Marc Marquez (Honda). "Quand Marc a chuté, je me suis mis à respirer beaucoup plus tranquillement", a-t-il résumé.

Cette sixième victoire de la saison permet à Lorenzo de grignoter neuf points sur l'Italien Rossi, qui ne le devance plus que de 14 longueurs au championnat du monde (263 points contre 249). Avec encore 100 points maximum à prendre sur les quatre dernières courses, tout reste à faire. "Je reste un requin qui tente d'attraper ce petit poisson jaune", a plaisanté Lorenzo au sujet de l'Italien et de son casque fluo.

Entre les deux équipiers, les relations semblent bonnes mais il y a aussi des moments de tension, comme ce bref accrochage avant la course, lorsque Rossi a manqué de percuter Lorenzo en rentrant dans les stands. Malgré tout, le nonuple champion du monde italien pouvait avoir le sourire, car ce circuit aragonais ne lui a jamais réussi. En finissant troisième, il a limité les dégâts même sans réussir à doubler l'Espagnol Dani Pedrosa (Honda). "Cela n'a pas été possible mais ce résultat n'est pas mauvais", a philosophé Rossi.

Pour l'expérimenté italien, la meilleure nouvelle du week-end est peut-être la chute de Marquez, qui revenait très fort ces dernières semaines. Le double champion du monde en titre semble pratiquement écarté de la course au sacre, à 79 longueurs de Rossi. "Je ne peux que demander pardon, c'est entièrement mon erreur et je dois apprendre de cela", a regretté Marquez après cette nouvelle chute à Alcañiz, comme en 2014. "Pour le triplé, il faut tourner la page."