MotoGP : Fabio Quartararo, enfin le triomphe d'un talent précoce

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Fabio Quartararo
Fabio Quartararo était parti en pôle position lors du GP Prix d'Espagne 2019 | GABRIEL BOUYS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Vainqueur de son tout premier Grand Prix à Jérez dimanche, Fabio Quartararo a mis fin à 21 années de disette française en MotoGP. 21, c'est l'âge du jeune Français. Véritable phénomène de précocité, "El Diablo" n'est plus simplement une promesse. Il a déjà gagné sa place dans la cour des grands.

Brillant pour sa première saison en MotoGP, Fabio Quartararo a tourné autour du pot depuis sa première pole position au Grand Prix d'Espagne début mai 2019. S'il n'avait pas encore réussi à convertir en victoire ses cinq premiers départs en première ligne, le jeune français n'a jamais laissé planer doute : tôt ou tard, il lèverait les bras devant le drapeau à damier. Sa pole-position au GP d'Espagne, le premier de cette saison perturbée par la pandémie de Covid-19, avait déjà planté le décor. Après avoir battu deux records de la piste coup sur coup, le Français a transformé sa vitesse en succès.

Le 4e Français vainqueur dans la catégorie reine

Comme un symbole, le Niçois a mis fin à la disette française dans un pays où Régis Laconi, dernier vainqueur tricolore dans la catégorie reine, s'était imposé en 1999 (année de naissance de Quartararo). Depuis, Olivier Jacque, Randy De Puniet et Johann Zarco avaient tous frôlé la victoire et finalement dû se contenter de la deuxième place. Fabio Quartararo rejoint lui le cercle fermé des rares vainqueurs tricolores dans la catégorie reine après Pierre Monneret au GP de France (1954), Christian Sarron en Allemagne de l'Ouest (1985) et donc Régis Laconi.

Au-delà de la dimension historique de sa performance, le pilote de 20 ans est un phénomène de précocité, un prodige adoubé par les plus grands et surtout par son idole Valentino Rossi. "C'est un talent hors normes. Il a cette année accompli quelque chose de spécial", disait le Transalpin la saison passée, la première de Quartararo dans cette catégorie. "Maintenant, il est important pour Yamaha qu'il coure avec la Moto 1 à l'avenir", a déclaré le sextuple champion du monde, bluffé par le Français, et qui prendra d'ailleurs sa place dans l'écurie d'usine la saison prochaine. Il n'a pas tardé à convaincre son monde.

Portrait du prodige en mai 2019 par Stade 2

Exilé en Espagne pour évoluer plus rapidement

Son histoire est particulière. Devant l'impossibilité de participer à des courses en France à cause de son jeune âge (il avait moins de 16 ans), le Français avait pris la direction de la péninsule ibérique, là où l'économie de la moto tourne à plein régime. Malgré un pays en crise financière, la fabrique de champions semblait intarissable. Depuis 2003, il y a eu 16 champions du monde toutes catégories confondues sur 33. C'est encore plus flagrant sur les quatre dernières saisons avec 9 titres sur 12 dont deux triplés MotoGP/Moto2/Moto3 en 2010 et 2013. Se frotter aux jeunes pousses espagnoles, c'était la garantie de trouver la plus forte concurrence possible. Fabio Quartararo a été à bonne école et, très bonne nouvelle pour la moto tricolore qui se cherche une tête d'affiche depuis longtemps, il a en été le meilleur élève.

C'est bien simple, le "frances" a été champion d'Espagne dans quatre catégories (70cc, 80cc, 125cc pré Moto3, CEV Moto3) et était en avance sur les temps de passage du champion du monde MotoGP Marc Marquez. La suite n'a été qu'une confirmation, une poursuite d'une ascension supersonique, encore loin d'être finie.

7 podiums pour sa première saison en MotoGP en 2019

Avec sa Yamaha-SRT, Quartararo avait décroché sa première pole position sur sa quatrième course en MotoGP, en Espagne. "El Diablo" en avait profité pour battre le record de précocité établi par Marc Marquez, en signant le meilleur temps des qualifications à seulement 20 ans et 14 jours. Et si l'Ibère était parvenu à éviter que son rival fasse tomber son record de précocité d'un vainqueur en MotoGP, en lui soutirant une victoire qui lui tendait les bras notamment en Thaïlande, il savait que la première marche était inéluctablement le destin du Français.

Pour sa première saison en MotoGP, il avait conquis la 2e place en Catalogne, à Saint-Marin, en Thaïlande, au Japon et à Valence, théâtre de la dernière course de la saison 2019. La pandémie de Covid-19 avait retardé son retour sur les circuits. Il n'a pas perdu de temps pour monter sur la plus haute marche dès l'entame de la saison 2020. A Jérez, sur les terres de Marquez, Fabio Quartararo a ouvert son compteur de victoires. Il ne devrait pas rester bloqué à une unité.