Fabio Quartararo, dans le cercle restreint des Français vainqueurs de Grand prix

Publié le , modifié le

Auteur·e : Apolline Merle
Fabio Quartararo.

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

A 21 ans, Fabio Quartararo est entré ce dimanche dans le cercle restreint des pilotes français vainqueurs de Grand Prix, après avoir remporté son tout premier GP, à Jérez, ce dimanche. Il devient ainsi l'héritier de Régis Laconi, dernier français vainqueur dans la catégorie reine en 1999. Il rejoint également Pierre Monneret et Christian Sarron. Tour d'horizon de ces pilotes qui ont marqué l'histoire de la moto en France.

► Pierre Monneret en 1954

Pierre Monneret a été le premier français à remporter un Grand prix en moto 500cm3, la plus prestigieuse des catégories de la vitesse. C’était en France, sur le circuit de Reims-Gueux, en 1954. Le Français marquera aussi l’histoire en réalisant un doublé. En effet, en plus du titre en 500cm3, il remporte aussi celui en 350cm3. "Il avait gagné le GP de France dans deux catégories différentes le même jour, en 350cm3 puis en 500cm3, en 1954, en réalisant un exploit devenu impossible aujourd'hui : s'imposer avec deux motos officielles ; une AJS 350cm et une Gilera 500cm3", se souvenait le spécialiste moto Rémy Tissier, dans les colonnes de Eurosport

Décrit comme doué, le fils de Georges Monneret, pilote français de moto qui a remporté en carrière 499 victoires et compté 183 records du monde, arrêta la compétition à l’âge de 25 ans, pour reprendre l'entreprise familiale. Le champion est décédé en 2010, à l'âge de 79 ans. 

Portrait daté du 06 juillet 1984 de Christian Sarron, alors leader du championnat du monde moto 250 cm3.
Portrait daté du 06 juillet 1984 de Christian Sarron, alors leader du championnat du monde moto 250 cm3. © AFP

► Christian Sarron en 1985

Il est le deuxième français à briller sur un Grand Prix de la catégorie reine. Pilote exceptionnel sur piste mouillé, Christian Sarron remporte en 1984, pour la première fois le titre mondial en 250 cm3, à Hockenheim, en Allemagne de l'Ouest. Une consécration pour celui qui a connu dans sa carrière de nombreuses blessures. 

En 1995, il mettra un terme à sa carrière de pilote pour endosser un rôle de directeur sportif chez Yamaha. Aujourd'hui, l'ancien pilote, âgé de 65 ans, est chargé de la détection des jeunes espoirs au sein de la Fédération française de motocyclisme. 

Regis Laconi en 1999.
Regis Laconi en 1999. © TORSTEN BLACKWOOD / AFP

► Régis Laconi, en 1999

Fabio Quartararo n'avait que cinq mois quand Régis Laconi s'imposa à Valence (Espagne) en 1999. Et cette victoire, qui restera dans les annales, fut remportée avec la manière. Alors qu'il vit une saison compliquée, le Français décide de partir, sur la ligne de départ sur une piste séchante, avec un pneu slick à l’arrière, alors que la plupart de ses adversaires optent pour des pneus intermédiaires. Ce pari gagnant lui a permis de pendre la tête de la course et d'éloigner la concurrence. 

"C’était un peu fou mais c’est un bon résultat. Je sais que j’aurais aussi pu décrocher un bon résultat sur le sec, mais je me suis dit que c’était ma chance de gagner pour la première fois, et aussi de gagner pour Yamaha", expliqua-t-il à l’arrivée au site officiel du MotoGP. Cette belle victoire fut la concrétisation de nombreux top 10 et de quelques top 5. L'année suivante, le pilote Tricolore ne parvint pas à renouveler ce coup d'éclat et fut même remercié par son équipe. Aujourd'hui, Régis Laconi reste l'un des meilleurs représentants tricolores au plus haut niveau des Grands Prix et sa victoire de 1999 vient de trouver un successeur. L'ancien champion voit même les choses en grand pour le jeune prodige, Fabio Quartararo, qui l'imagine déjà champion du monde, et pourquoi pas dès cette année. 

à voir aussi MotoGP - Régis Laconi : "Fabio Quartararo est un surdoué de la moto" MotoGP - Régis Laconi : "Fabio Quartararo est un surdoué de la moto"