Enduropale : Vers un nouveau duel Watson-Potisek, Van Beveren en arbitre

Publié le

Auteur·e : Xavier Richard
L'Enduropale du Touquet
L'Enduropale du Touquet | Philippe TURPIN / Photononstop

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Place dimanche à l'Enduropale du Touquet, course et fête populaire, où la bagarre s'annonce intense entre Milko Potisek, Nathan Watson et des outsiders comme Adrien Van Beveren.

La grande messe des sables est de retour. 13 kilomètres religieusement avalés entre Le Touquet et Merlimont. Un enchaînement de lignes droites, de bosses, de chicanes et des virages « vélodrome », le tout hors des dunes. Dimanche à 14h00, ils seront encore près de 2000 à s’élancer pour trois heures de course devant plusieurs centaines de milliers de spectateurs dont l’accès aux dunes sera restreint pour protéger l’environnement. Une histoire de spécialistes où vitesse et endurance reste les maîtres mots. Deux favoris se dégagent du lot : Milko Potisek, le tenant du titre, et son dauphin de 2018 Nathan Watson. « Mon objectif est de garder la coupe, a expliqué le pilote Yamaha sur le plateau de France 3 Hauts-de-France. On s’entraîne fort depuis le mois d’août. On a fait un beau championnat et j’arrive en tête avec la plaque rouge. » Potisek débarque en leader mais Nathan Watson aura lui aussi l’étiquette de N.1 sur sa KTM. Vainqueur des trois dernières courses du championnat de France des sables (St-Léger, Hossegor et Grayan), le Britannique déboule en pleine confiance.

Un sprint de 3 heures

S’il faudra aussi compter sur Yentel Martens (Husqvarna), de nombreux regards se poseront sur Adrien Van Beveren. Triple vainqueur de l’épreuve (2014-2016), le Nordiste a toujours l’enduropale tatoué dans le cœur. De retour d’Amérique du Sud, « BVA »  va devoir changer de stratégie. A la différence d’un Dakar, il doit se préparer pour un sprint de bout en bout. « Sur le Dakar, c’est de l’endurance, explique Van Beveren. Je roule entre 6 et 7 heures par jour. Au Touquet, c’est trois heures à fond. Le niveau fait qu’aujourd‘hui on ne peut pas attendre, ça part à fond dès le début. » Le Nordiste compte sur son expérience et son physique pour faire la différence. « J’ai gagné mes Touquet en était fort sur la fin de course, ajoute-t-il. J’espère que je pourrai encore compter sur ce potentiel-là. J’ai travaillé pour cela. Je veux m’amuser et livrer une belle bataille. J’ai envie de rêver. »

La course et les dernières infos sont à retrouver sur France 3 Hauts-de-France