BMW 24 Heures du mans moto 092013
La BMW N.99 aux 24 Heures du Mans | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

BMW s'installe en tête des 24 heures

Publié le , modifié le

La BMW N.99, alors pilotée par l'Australien Joshua Waters, était samedi à 19h30, après 4h30 de course, un leader surprenant de la 36e édition des 24 heures du Mans moto, profitant des déboires des favoris, dont la Suzuki N.1.

BMW possédait un tour d'avance sur quatre motos (la Yamaha N.7, la Kawasaki  N.2, la Honda N.20 et la Honda N.77) qui se tenaient en une poignée de secondes. La firme allemande, qui compte mettre fin à la domination absolue des  marques japonaises, victorieuses de toutes les éditions des 24 Heures du Mans  moto depuis leur création, en 1978, a pris le commandement de la course à la  suite de la chute, à 19h00, de Fabien Foret au guidon de la Kawasaki N.11,  triple tenante du titre au Mans. Foret a heurté l'arrière d'un concurrent qu'il tentait de dépasser au  Virage du raccordement. Il a pu regagner les stands, d'où il est reparti après  cinq minutes de réparation, avec trois tours de retard sur la tête.

Suzuki mal en point

Mais la Kawasaki N.11 a finalement perdu peu de temps puisque la course a  été neutralisée, pour la troisième fois, quelques minutes après la chute de  Foret, permettant un resserrement en tête. Le "Safety car" était notamment intervenu 30 minutes auparavant après la  chute de Vincent Houssin sur la Metiss N.45, évacué sur une civière mais dont  Radio Le Mans, la radio officielle de la course, a donné des nouvelles rassurantes. Si Kawasaki a finalement été assez chanceux dans son malheur, la Suzuki N.1  du SERT, leader du Championnat du monde d'endurance qu'elle tente de remporter  dans la Sarthe pour la 4e fois de suite, a elle accumulé les déboires.

Chutes à la pelle

Après s'être arrêtée à plusieurs reprises avant de repartir, elle était de  nouveau aux stands à 19h30, avec 60 tours de retard sur la tête, l'écurie  française souhaitant réparer le moteur afin de pouvoir marquer des points au  Championnat. Le SERT est ainsi sous la menace de la Yamaha N.7 du Yart, 2e au classement  et virtuellement championne du monde, et de la Yamaha N.94 qui, après les deux  chutes de l'Espagnol David Checa dans les 10 premières minutes de la course, a  grignoté son retard et pointait en 6e position, à deux tours de la tête.

AFP