Départ MotoGP Espagne Lorenzo pluie 042011
Lorenzo (Yamaha) prend le meilleur départ sous la pluie | AFP - PIERRE-PHILIPPE MARCOU

Lorenzo par KO !

Publié le , modifié le

Dani Pedrosa avait raison samedi en expliquant qu'il faudrait rester sur ses deux roues dimanche pour espérer gagner le GP d'Espagne à Jerez. En effet, à cause de la pluie, ce fût l'hécatombe à tous l'étage. Comme un chien dans un jeu de quilles, Jorge Lorenzo (Yamaha) a tenu la route devant son compatriote Pedrosa (Honda) et Nicky Hayden (Ducati). Malgré une chute ayant entraîné l'abandon de Stoner, Valentino Rossi (Ducati) accroche le 5e place.

C'était la course de la sagesse ou comment gagner sans tomber. Pas moins de huit pilotes ont eu le podium en ligne de mire. Beaucoup sont allés à terre. Peu s'en sont relevés. Et qui gagne à la fin ? Jorge Lorenzo, très prudent sous la pluie. Le Champion du monde 2010, déjà 2e au Qatar, a réussi une course parfaite, pleine d'intelligence. Il n'était pas le plus rapide mais sa gestion des évènement fût supérieure à ses rivaux. Même Valentino Rossi, parti de la 9e position sur la grille et très vite revenu au 4e rang, se fera piéger. On n'était pas encore arrivé au 10e tour. Devant, Casey Stoner n'avait pas réussi à lâcher Jorge Lorenzo et Marco Simoncelli. Ce dernier sentait la menace de son compatriote et se plaçât en tête. Dans sa fougue, le docteur s'attaquait à Lorenzo puis à Stoner. Excès d'optimisme pour l'Italien qui perdit l'avant, entraînant l'Australien dans sa glissade. L'Italien repartait en 15e position pour sauver les meubles, pas Stoner, furieux. Dire que l'Italien pouvait entrevoir sa première victoire chez Ducati… Sa moto pas trop amochée, Rossi avait une quinzaine de tours pour grappiller quelques points. Il en récoltera 11 grâce à une 5e place inespérée, construite sur une attaque à outrance et des chutes de ses adversaires.

Le 2e coup de théâtre intervenait en tête de la course. Sur son circuit fétiche, l'Italien Simoncelli creusait l'écart jusqu'à chuter à son tour avant la mi-course. Que de rebondissements dans cette course par élimination ! Pointé à deux secondes de Lorenzo, nouveau leader, Dani Pedrosa (Honda) faisait le forcing pour recoller à la Yamaha du champion du monde. La raison l'emportait pour Pedrosa, heureux de ces 20 pts qui arrivaient. Du coup, Spies effectuait la jonction avec l'Espagnol puis passait 2e à 4 tours de la fin avant de …chuter. Le podium s'offrait alors à la Yamaha Tech3 de Colin Edwards. Au grand dam de l'équipe de Hervé Poncharal, qui venait déjà d'assister à l'abandon de Crutchlow, classé 5e, l'Américain ruinait son podium en tombant à son tour dans l'ultime boucle. Sans faire de bruit, Nicky Hayden héritait d'un podium improbable, peut-être le seul de sa saison...

Et Randy de Puniet alors ? Après un départ raté, anéantissant ses bonnes qualifications, le pilote Ducati Pramac avait réussi à remonter au 7e rang. Mais la meute lancé à ses trousses ne lui laissait aucun répis. Abraham, Aoyama, Barbera et Hopkins recollaient. De Puniet cédait avant de rejoindre la longue liste des pilotes ayant râpé leur combinaison sur le bitume andalou. Après deux courses, il est le seul pilote du plateau sans point au compteur.

Réactions:

Jorge Lorenzo (ESP/Yamaha), 1er: "Cela a été l'une des courses où j'ai dû faire preuve de plus de patience. C'est une grande victoire et nous en avions besoin. C'est aussi la première fois que je gagne sous la pluie. Il est vrai que tous les pilotes voulaient courir sur le sec et qu'il a fallu faire avec. Je sentais les pneus se détériorer très vite. C'était difficile de garder sa concentration. Le Roi d'Espagne m'avait déclaré lors de notre entrevue en février qu'il viendrait me souhaiter bonne chance à Jerez. Il a tenu parole!"

Dani Pedrosa (ESP/Honda), 2e:
"Une course très difficile. Au début tout le monde me doublait et je pensais rouler comme une tortue. Mais lorsque j'ai réalisé que j'étais finalement plus rapide dans mon premier tour qu'au warm up j'ai commencé à me calmer et à progresser. C'était très facile de se crasher aujourd'hui et j'ai dû me concentrer un maximum. J'ai essayé de rattraper Lorenzo quand j'ai vu qu'il n'était qu'à une seconde, mais à 10 tours de la fin, mes pneus étaient pratiquement morts. Je ne pouvais même plus ouvrir les gaz dans les bouts droits tellement ça glissait. Je suis ravi de cette deuxième place, totalement inespérée. Vendredi encore, j'hésitais à participer à la course alors que je vais me faire opérer de l'épaule lundi ou mardi."

Classement du GP d'Espagne

1. Jorge Lorenzo (ESP/Yamaha) 50:49.046
2. Dani Pedrosa (ESP/Honda) à 19.339
3. Nicky Hayden (USA/Ducati) 29.085
4. Hiroshi Aoyama (JPN/Honda) 29.551
5. Valentino Rossi (ITA/Ducati) 1:02.227
6. Hector Barbera (ESP/Ducati) 1:08.440
7. Karel Abraham (CZE/Ducati) 1:14.120
8. Cal Crutchlow (GBR/Yamaha) 1:19.110
9. Toni Elias (ESP/Honda) 1:42.906
10. John Hopkins (USA/Suzuki) 1:48.395
11. Loris Capirossi (ITA/Ducati) 1:51.876
12. Andrea Dovizioso (ITA/Honda) 1 tour
Non classés: Colin Edwards (USA/Yamaha), Ben Spies (USA/Yamaha), Randy de
Puniet (FRA/Ducati), Marco Simoncelli (ITA/Honda), Casey Stoner (AUS/Honda).