Loeb Citroën WTCC Marrakech
Sébastien Loeb a frappé fort avec sa Citroën C-Elysée | DR

Loeb attaque pied au plancher

Publié le , modifié le

La reconversion de Sébastien Loeb en WTCC a produit des étincelles dimanche à Marrakech. L'Alsacien a fait mieux que briller lors de l'ouverture du championnat avec une victoire et une deuxième place. Comme son coéquipier chez Citroën José Maria Lopez qui le devance d'un point au classement général.

Cocotiers, soleil de plomb et grosses berlines, un cocktail idéal pour vacanciers fortunés. Sébastien Loeb avait le profil mais il n'est pas venu faire du tourisme à Marrakech. Le nonuple champion du monde WRC avait à cœur de réciter sa leçon sur circuit avec si possible un premier podium à la clé. L'examen est réussi avec mention très bien. Au volant de la meilleure voiture du plateau, le mérite en revient également à Citroën et sa C-Elysée, Loeb n'avait rien d'un débutant. Au contraire, l'Alsacien a démontré une parfaite maîtrise des éléments. Agressivité et sagesse sont les deux qualités requises en WTCC, il n'en manquait pas. "Dans la course 1, j'ai vite compris que ça allait être difficile de passer devant Lopez, a expliqué Loeb qui s'est contenté d'assurer la 2e place derrière l'Argentin Lopez et devant Muller pour un premier triplé Citroën. Sans faire une attaque suicide sur un coéquipier, j'aurais bien aimé trouver une opportunité. Mais on roule dans le même dixième et avec les freins qui chauffent, on s'est vite retrouvé à devoir gérer le truc."

Loeb en vieux briscard

Dans la course 2, Loeb a fait encore mieux. Lui qui se méfiait comme la peste des départs en peloton, il a su en déjouer tous les pièges. Auteur d'un départ canon, le pilote Citroën est arrivé comme un boulet sur un gros carambolage qui a ruiné la course de son coéquipier Yvan Muller. Les pieds sur les freins et quelques coups de volant réflexe lui ont permis d'échapper au choc. "Avec la grille inversée sur la course 2, j'ai réussi à me faufiler, j'ai eu de la chance car il y a eu un gros carton, raconte Loeb. Il y avait des morceaux partout. Mais j'avais pris un super départ, j'étais déjà bien avancé dans le paquet." En vieux briscard, il a ensuite continué en matant son coéquipier Pechito Lopez au restart après la 2e neutralisation. "Je l'ai bien eu, s'amusait-il après l'arrivée. J'ai vu que la voiture de sécurité était partie assez loin devant, assez vite, donc j'ai mis les gaz deux chicanes avant la fin du tour, alors que Pechito était deux cent mètres derrière moi et ne s'y attendait pas. J'avais déjà vu, sur d'autres courses, des mecs se faire avoir comme ça."

"Quand même un peu inattendu"

Deuxième et premier, cela ressemble à un week-end de rêve pour Loeb, quand bien même Lopez le devance d'un point au classement général grâce à une meilleure qualification samedi. L'Alsacien n'en demandait pas tant. On le sent même un peu surpris d'être aussi bien et surtout très heureux de rouler en WTCC. "Les départs, c'est chaud ! Il y a eu de l'action, je prends du plaisir, c'est clair, confirme-t-il. Rouler comme ça, prendre des départs en circuit, il y a une tension qui est bien. (...) J'ai toujours bien aimé les premières marches du podium en rallye. Mais découvrir la première marche dès le premier week-end, c'est quand même un peu inattendu, surtout en partant neuvième. J'espérais juste être dans le coup, ainsi que la voiture. On a finalement une réponse positive, pour les deux. J'espère que ça continuera comme ça". C'est bien parti pour !

Classement général après la 1re épreuve

1. José Maria Lopez (ARG/Citroën C-Elysée) 48 points
2. Sébastien Loeb (FRA/Citroën C-Elysée) 47 pts
3. Tom Chilton (GBR/Chevrolet Cruze) 27
4. Hugo Valente (FRA/Chevrolet Cruze) 19
5. Yvan Muller (FRA/Citroën C-Elysée) 17
6. Mehdi Bennani (MAR/Honda Civic) 16
7. Dusan Borkovic (SRB/Chevrolet Cruze) 11
8. Tiago Monteiro (POR/Honda Civic) 8
9. Mikhail Kozlovskiy (RUS/Lada Granta) 8
10. Gianni Morbidelli (ITA/Chevrolet Cruze) 6
...
14. Pasquale Di Sabatino (ITA/BMW E90) 1