Dario Franchitti
Dario Franchitti s'est imposé pour la troisième fois à Indianapolis | AFP - ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

L'Ecossais Dario Franchitti remporte les 500 miles d'Indianapolis

Publié le , modifié le

Dario Franchitti s'est imposée ce dimanche lors de la 96e édition des 500 miles d'Indianapolis. Une habitude pour le pilote écossais qui décrochait là son troisième succès après 2007 et 2010. Sur le podium, il a devancé le Néo-Zélandais Scott Dixon et le Brésilien Tony Kanaan. Jean Alesi, qui participait pour la première fois à la course d'endurance, a dû abandonner après 10 tours, suite à un problème moteur.

"Quelle course ! Je pense que Dan Wheldon serait fier de ça.Avoir mon visage gravé des deux côtés de celui de Dan sur le trophée,  c'est tout ce qui compte". A peine vainqueur de la 96e édition des 500 miles d'Indianapolis, Dario Franchitti a eu une pensée émue pour son ami, Dan Wheldon, victorieux à deux reprises en 2005 et 2011 et décédé en course en octobre dernier à Las Vegas. Ses premiers mots ont été pour son regretté prédécesseur. La célébration n'est venue qu'après. En s'imposant ce dimanche, le héros du jour (Chip Ganassi Racing) a ajouté un troisième succès à sa collection de victoire sur la course d'endurance après 2007 et 2010.

Mais la course a été plus que jamais indécise avec pas moins de 35 changements de leader durant l'épreuve. Un record ! Franchitti a franchi la ligne d'arrivée sous la protection du drapeau jaune après le crash de Takuma Sato. Deuxième dans la dernière boucle, le pilote japonais a tenté le tout pour le tout dans l'avant dernier virage en prenant l'intérieur mais est parti à la faute. "Je visais la victoire, a-t-il expliqué, j'ai vu une brèche. On dirait  qu'il (Franchitti) ne m'a pas laissé assez de place. J'avais la position, il  n'a pas bougé et je n'avais plus nulle part où aller, c'est un peu décevant." 

Alesi rate son pari

Déçu, Jean Alesi l'était aussi. Pour sa première compétition à l'épreuve, l'ancien pilote de F1 a vu son parcours s'arrêter au bout d'une dizaine de tours. En cause, le rendement de son moteur qui le rendait dangereux pour les autres concurrents. Dernier qualifié sur la grille de départ, il a été contraint à rentrer aux stands pour un arrêt définitif suite à un drapeau noir. "Nous avions des problèmes de performance moteur et avons dû retourner aux  stands", a t-il commenté sur le compte Twitter de Lotus. Et d'ajouter : "J'espère qu'on se verra l'an prochain. Il est temps de préparer les  prochains Indy500". En revanche, son ancien collègue dans les paddocks, Rubens Barrichello, a eu plus de réussite en s'emparant de la 11e place.