Andrea Dovizioso (Yamaha Tech3)
Andrea Dovizioso (Yamaha Tech3) | Monster Energy

Le MotoGP bientôt au complet ?

Publié le , modifié le

Passé le choc de l'annonce du départ anticipé de Casey Stoner (Honda) en mai dernier, le MotoGP a réagi et le jeu des selles musicales s'est mis en marche. En quittant la compétition en fin de saison, le champion du monde en titre a débloqué le marché. De retour chez Yamaha, Valentino Rossi est le mieux servi.

Tech3 pillé

Stoner rentre en Australie
Une semaine après sa fracture à la cheville à Indianapolis, Casey Stoner avait fait le déplacement en République tchèque en espérant prendre le départ du GP de Brno. L'Australien a changé d'avis. Il prendra un avion pour l'Australie dès ce soir pour soigner sa cheville. Une intervention chirurgicale est déjà prévue. En revanche, son indisponibilité n'est pas encore connue. "A Brno, il y a beaucoup de changements de direction, beaucoup de virages à  droite, et ça risque donc d'être plus difficile. C'est dommage parce que c'est  un circuit que j'aime bien", avait prévenu le pilote de la Honda. Début des essais libres vendredi sans Stoner. Jorge Lorenzo (Yamaha) et Dani Pedrosa (Honda) ont désormais le champ libre pour s'expliquer.

"Ce départ ouvre toutes les opportunités possibles, y compris celle de voir nos pilotes approchés par d’autres teams. Mais c’est la vie et je veux que le MotoGP soit un truc marrant. Qu’il se passe des choses. Nos pilotes qui étaient donnés « restant » chez Tech 3 vont être sollicités par d’autres écuries. " Hervé Poncharal en croyait pas si bien dire lors du GP de France au Mans où Casey Stoner a annoncé sa retraite en fin de saison. Avec Andrea Dovizioso et Cal Crutchlow, l'écurie varoise vit sa meilleure année en Grand Prix depuis le doublé Jacque – Nakano en 250cc (2000). Jamais Tech 3 n'avait été à pareille fête dans la catégorie reine. Forcément, quand le marché des transferts s'est ouvert, l'Italien et l'Anglais ont été les premiers sollicités. Poncharal s'y attendait et ne retiendra pas ses pilotes, appelés par des teams officiels. Quatrième du championnat, Dovizioso a ainsi décidé de rejoindre Ducati l'an prochain. Rossi reparti chez Yamaha, le constructeur italien a décidé de miser sur "Dovi" en conservant l'expérimenté Nicky Hayden. Quant à Crutchlow, son avenir passe peut-être par le Superbike. En signant Bradley Smith l'an dernier, Tech 3 avait assuré un guidon en MotoGP au jeune britannique. Pour ne pas repartir de zéro, le team français pourrait donc recruter un pilote expérimenté. Si le nom de Randy de Puniet revient avec insistance, l'affaire est loin d'être conclue et le Parisien a de grandes chances de rester en CRT chez Aspar Martinez en attendant le nouveau règlement 2014.

La jeunesse au pouvoir

Dans les équipes officielles ou privées, la jeunesse ne fait plus peur. Avec Stefan Bradl, Marc Marquez, Bradley Smith voire Andrea Iannonne, un vent de jeunesse souffle sur le MotoGP. Honda n'a aisin pas été longtemps pris de cours par le départ de son champion du monde australien. Déjà chouchouté par le constructeur japonais, Marc Marquez s'est vu offrir un guidon officiel dans le HRT. Le champion du monde 125cc 2010 et probable champion Moto2 cette année fera équipe avec Dani Pedrosa. Sixième du championnat sur sa Honda LCR, Stefan Bradl est lui une des très belles surprises de la saison. Sa carrière en MotoGP est lancée. Pour contrer la montée en puissance des teams satellites fournisseurs de talents comme Tech 3, Ducati avait eu l'idée de monter son propre Junior Team. Mais face aux coûts élevés que cela engendre, elle a décidé de mettre ses plans de côté en attendant des jours meilleurs ou une réduction drastique des coûts en MotoGP.

Rossi se remet aux diapasons

Chez Yamaha, le marketing n'a pas eu besoin de dicter sa loi. Quand Valentino Rossi a fait part de son désir de quitter Ducati, la marque aux diapasons a oublié les querelles passés et fait une offre au nonuple champion du monde. On ne refuse pas Rossi dans son équipe. Star interplanétaire de la moto, Rossi fait vendre des motos et attire les sponsors comme personne. Avec Jorge Lorenzo, actuel leader du MotoGP, Yamaha aura la paire la plus forte et la plus expérimentée du plateau. "C'est un grand plaisir pour moi que l'on soit à nouveau dans la même équipe. Il sera intéressant de voir ce qu'on fait tous les deux de la même moto", a indiqué Lorenzo. "La situation a beaucoup changé si on la compare à celle de 2008 lorsque Jorge avait rejoint Yamaha. Maintenant, il est clairement le pilote N.1 et notre relation est bonne", a assuré l'Italien. Je le respecte et il me respecte, je crois donc qu'on peut travailler ensemble", a ajouté Rossi qui veut rester plus de deux saisons en MotoGP s'il est toujours compétitif. Avec une moto à la mesure de son talent, on peut faire confiance au "Docteur".