Porsche 917 Le Mans 1970
La Porsche 917 victorieuse au Mans en 1970 | AFP

Le Mans Classic, quand les 24 heures réécrivent leur histoire

Publié le , modifié le

De 1923 à 1979, ces voitures ont fait les beaux jours des 24 Heures du Mans. Samedi et dimanche, pendant 24 Heures de nostalgie et de magie, elles auront droit à une nouvelle reconnaissance en foulant à nouveau le grand circuit manceau. Une renaissance même pour les 468 voitures sélectionnées et réparties en six plateaux. Quel régal pour les yeux de revoir et d'entendre les Bentley, Bugatti et Chenard & Walker d'avant guerre, ou encore les Ferrari, Porsche, Jaguar.

Un 5e rendez-vous à ne pas manquer pour les amateurs d'endurance, de belles automobiles et d'ambiance rétro. Car le pari de l'organisateur Patrick Peter n'est pas seulement de réunir un joli plateau de bolides du Mans tous les deux ans. Il veut aussi créer une ambiance autour de la piste comme "à la belle époque". Les tenues trop décontractées sont d'ailleurs proscrites dans certaines parties du circuit pour coller encore plus à l'esprit gentleman driver.

Il y en aura aussi pour les nombreux clubs présents ce week-end dans la Sarthe (environs 7000 voitures) et les collectionneurs. Plus de 170 exposants seront présents dans le village, deux expositions sont annoncées (celle du Le Mans Heritage Club et une expo de Supercars) et une vente aux enchères sera organisée par Arcturial avec notamment une McLaren F1 GTR, une CD Panhard, une Ferrari 275GTB/4 et une AC Cobra 289. Le Mans est un lieu qui compte puisqu'en 2004, une Bentley Speed Six y fut adjugée plus de 4 millions d'euros, battant le record de la plus haute enchère pour une voiture de collection dans une vente européenne. Le Mans Classic semble bien parti pour rivaliser (et dépasser ?) avec le mythique festival de Goodwood. Avec une telle course en toile de fond, la fête ne peut qu'être belle !

LES PLATEAUX
PLATEAU 1 (1923-1939)
Elles sont les pionnières des 24 Heures et ont traversé le XXème siècle pour venir en découdre à nouveau sur la piste mancelle. Parmi elles, des représentantes du luxe français d'avant-guerre: Bugatti Type 51, Delage D6, Delahaye 135S… Et leur rivales britanniques de l'époque: Bentley Blower, Lagonda V12, plusieurs Aston Martin, dont une "Ulster" qui a terminé 8ème des 24 Heures 1935 et une rare Riley MPH, arrivée seconde de l'édition 1934. Il y aura également une représentante de la première édition du Mans en 1923, une Chenard & Walker 2l. Belle initiative d'un équipage britannique 100% féminin : pour Le Mans Classic 2010, Antonia Loysen et Celia Stevens ont préparé une Citroën C4 roadster dans l'exacte configuration de celle qui a couru au Mans en 1932. Enfin, les amateurs de Talbot seront comblés : presque tous les modèles d'usine ayant couru à l'époque vont être réunis au Mans Classic.

PLATEAU 2 (1949-1956)
Les années cinquante sont marquées par le renouveau d'Aston Martin, sous l'égide de David Brown, le nouveau propriétaire de la marque qui concentre ses efforts sportifs sur les 24 Heures. Le Mans Classic accueillera une DB3 qui a couru l'épreuve reine de l'endurance en 1952 et 1954. La très prestigieuse marque française Talbot vit quant à
elle ses dernières années de gloire, en témoigne le magnifique modèle Grand Sport inscrit au Mans Classic, identique au coupé des éditions 1949 et 1950. Seront également présentes plusieurs Jaguar Type D, dont celle arrivée seconde en 1954, une Fiat 1500 Spéciale du Mans 1950 et une Cooper Jaguar T38 de l'édition1955. Une modeste Renault 4CV sera également de la partie grâce à une autre initiative d'un équipage britannique.

PLATEAU 3 (1957-1961)
Prototype de transition entre la Type D et la future Type E, la Jaguar "E2A" fera sa réapparition au Mans en juillet. Elle fut engagée aux 24 Heures 1960, sous les couleurs de l'importateur américain Briggs Cunningham. Elle côtoiera, entre autres, une Ferrari 625 LM et la Tojeiro Climax du Mans 1958, une voiture remarquée au Mans Heritage Club en 2008 et qui a choisi, cette fois, de rejoindre la piste.

PLATEAU 4 (1962-1965)
Elle sera l'une des stars de cette édition 2010 : la Ferrari 330 TRI qui a remporté Le Mans en 1962 avec Olivier Gendebien et Phil Hill au volant. Pour contrer les Ferrari, Jaguar développe en 1962 une version allégée de sa Type E, avec une carrosserie plus aérodynamique: la "Low Drag". Inscrite au Mans Classic 2010, "49FXN" est certainement l'un des plus célèbres spécimens de cette Type E ultime. Elle retrouvera sur la piste deux Ferrari 250LM, une Aston Martin DP 212 mais aussi l'une des plus célèbres MG B : "DRX 255C", arrivée seconde de sa classe au Mans 1965.

PLATEAU 5 (1966-1971)
40 ans après le premier succès de Porsche au Mans, une 917, arrivée seconde au Mans 1971, revient sur le circuit avec son pilote de l'époque, Dick Attwood. Une splendide Alfa Romeo 33/2 qui a couru au Mans en 1968 et 1969 viendra célébrer le centenaire de la marque transalpine. A ses côtés sur la ligne de départ, une Porsche 908/2 au fabuleux palmarès, dont une troisième place -et victoire de classe- au Mans en 1970. Une autre célèbre Porsche 908 sera présente : celle que Steve Mc Queen mena à la seconde place des 12 Heures de Sebring en 1970 et qui servit au tournage du film Le Mans. Frank Costin est un aérodynamicien, qui s'est notamment illustré avec le dessin de nombreuses Lotus. De sa collaboration avec Roger Nathan est née la Costin- Nathan, une voiture de sport au profilage particulièrement soigné et doté d'un châssis bois qui en fait tout la singularité. Le Mans Classic accueillera avec plaisir la soeur jumelle de celle qui a couru les 24 Heures en 1967, avec le même petit moteur HIMP 1000cc. Autre rareté : l'unique Ligier JS3, pilotée au Mans 1971 par Guy Ligier.

PLATEAU 6 (1972-1979)
Traditionnellement, le plus récent et le plus rapide plateau du Mans Classic accueille un grand nombre de châssis ex-Le Mans. C'est le cas de la Cheetah G601 et de l’unique Duckhams, première voiture conçue par Gordon Murray, le père de la McLaren F1GTR, à l’instigation d’Alain de Cadenet qui l’engagera au Mans en 1972, 1973 et 1974. Impossible de ne pas revenir sur les 30 ans de la victoire au Mans de Jean Rondeau. Témoins de l'aventure mancelle du constructeur-pilote : l'Inaltera de 1976 qui sera pilotée par le grand Henri Pescarolo, et la Rondeau 379 C de 1979.

PROGRAMME
Vendredi 9 juillet

Dès 9h00 ouverture du circuit au public
Accueil Little Big Mans
14:30-19:50 Essais chronométrés de jour
17:00 Vente aux enchères Automobilia
20:05-21:55 Tours de piste
22:00-01:55 Essais de nuit

Samedi 10 juillet
8:00- 13:00 Parades diverses
14:00 approx. Little Big ManS

Manche 1
16:00-16:43 Plateau 3 : 1957-1961
17:25-18:08 Plateau 4 : 1962-1965
18:44-19:27 Plateau 5 : 1966-1971
20 :03-20:46 Plateau 6 : 1972-1979
21:24-22:07 Plateau 1 : 1923-1939
22:44-23:27 Plateau 2 : 1949-1956

Dimanche 11 juillet
Manche 2
00:04-00:47 Plateau 3 : 1957-1961
01:24-02:07 Plateau 4 : 1962-1965
02:43-03:26 Plateau 5 : 1966-1971
04:01-04:44 Plateau 6 : 1972-1979
05:22-06:05 Plateau 1 : 1923-1939
06:42-07:25 Plateau 2 : 1949-1956

Manche 3
08:25-09:08 Plateau 3 : 1957-1961
09:45-10:28 Plateau 4 : 1962-1965
11:04-11:47 Plateau 5 : 1966-1971
12:22-13:05 Plateau 6 : 1972-1979
13:50-14:33 Plateau 1 : 1923-1939
15:17-16:00 Plateau 2 : 1949-1956

16:30 - 17:30 LE MANS CLASSIC REMISE DES PRIX / LITTLE BIG MANS REMISE DES PRIX

TARIFS
Enceinte générale : vendredi 15€, dimanche 33€, Week-end 55€
Gratuit pour les enfants nés après le 11 juillet 1994