Fernando Alonso (McLaren)
Fernando Alonso (McLaren) pendant les essais des 500 miles d'Indianapolis 2019 | Reuters

Indy500 : Fernando Alonso dans le dur

Publié le , modifié le

En quête de la triple couronne Monaco - Le Mans - Indy, Fernando Alonso a fait des 500 miles d'Indianapolis son ultime objectif. Sa deuxième participation a mal débuté avec des essais tronqués par un accident et une casse moteur.

Ce n’est pas le scénario auquel il s’attendait. En trois jours d’essais libres, Fernando Alonso a déjà pris du retard. Du retard sur la préparation de sa monoplace en vue de la course du 26 mai. Du retard surtout avant les qualifications où 7 voitures resteront au tapis. 32e temps des chronos combinés, l’Espagnol n’aura pas une grande marge de manœuvre lors des qualifs samedi et dimanche.

Problèmes en pagaille

Gêné par des soucis électriques mardi, Alonso a aussi sa part de responsabilité. Mercredi, il a envoyé sa voiture dans le mur à la sortie du 3e virage. Trois contacts qui ont fortement endommagé la McLaren N.66. "La voiture est parti en travers, j'ai levé le pied de l'accélérateur mais cela n'a pas suffi, j'ai perdu complètement le contrôle de la voiture et j'étais déjà trop près du muret de sécurité", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision NBC.

Un jour pour préparer les qualifs

Alors qu’il espérait repartir jeudi sur le mulet avec son ancien moteur, Alonso a été contraint de regarder les autres voitures tourner. Touché dans l’accident, son Chevrolet était trop endommagé pour repartir. « Ne pas faire un seul tour ce jeudi est un mauvais coup, mais tout n'est pas perdu, on devrait avoir une journée entière vendredi pour préparer les qualifications" de samedi, a espéré Gil de Ferran, directeur de l'écurie McLaren.