Fernando Alonso découvre l'ovale d'Indianapolis
Fernando Alonso découvre l'ovale d'Indianapolis | STEVE C. MITCHELL/EFE/Newscom/MaxPPP

Indy 500 : Fernando Alonso passe le test des rookies sans problème

Publié le , modifié le

Fernando Alonso a découvert mercredi l'ovale d'Indianapolis où il prendra part aux 500 Miles le 28 mai prochain. L'Espagnol a effectué plusieurs séries de tours dans une McLaren-Honda orange ornée du numéro 29. Le test est réussi pour Alonso qui a complété les trois phases obligatoires pour tout débutant.

Le double champion du monde de F1 était seul en piste mais très bien entouré. Sur le muret, Marco et Michael Andretti, le patron de l'écurie, et l'ancien pilote brésilien Gil de Ferran, vainqueur en 2003, lui ont prodigué de précieux conseils. Pour les grands débuts d'Alonso sur l'ovale complet d'Indy, l'écurie Andretti avait prévu également un gros plan média. Cameramen et photographes n'ont rien raté des faits et gestes de l'Espagnol. L'Américain Marco Andretti avait auparavant effectué quelques tours pour vérifier le bon fonctionnement de la voiture. Alonso s'est ensuite placé au volant pour effectuer une brève série 6 tours. Au bout de 110 tours, l'Espagnol a validé son "test des débutants", première étape obligatoire pour les pilotes souhaitant s'aligner au départ de la course. Ce test comprenait trois phases: dans un premier temps accomplir 10 tours à plus de 337 km/h de moyenne, puis 15 tours à plus de 346 km/h, et enfin 15 tours supplémentaires à plus de 354 km/h (220 miles/heure)

Alonso a tourné à 320 km/h de moyenne pour son premier tour lancé, avant de rapidement augmenter la cadence, tournant à 336 km/h dès son cinquième tour, puis à 342 km/h à sa 16e boucle. Au final, il a dépassé les vitesses demandées avec notamment un meilleur tour à 222.548 mph. "C'était fun, a commenté Alonso après la séance. Je pense que c'était un bon moyen de débuter, et d'augmenter la vitesse. C'était difficile au début d'atteindre la vitesse minimale. Les étapes suivantes ont été bonnes, pas à cause de la vitesse, mais à cause des tours. Vous pouvez affiner votre trajectoire, monter et descendre les rapports." Entraîné sur simulateur, Alonso a préféré la piste. " Le simulateur est assez réaliste,explique Alonso. Vous avez une première impression de ce qu'il va se passer. Mais dans la voiture, c'est un sentiment unique. Lorsque vous devez aborder un virage à fond, ce n'est pas la même chose dans le simulateur que dans la vraie voiture." 

VIDEO : Suivre les essais d'Alonso en direct​

francetv sport @francetvsport