Australie Vettel portrait 2011
Sebastian Vettel | AFP - Greg Wood

Vettel: "Un bon signe pour toute l'équipe"

Publié le , modifié le

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a qualifié de "bon signe pour toute l'équipe" sa pôle position samedi à Melbourne, où se tiendra dimanche le Grand Prix d'Australie, première épreuve de la saison.

Première qualification, première pole. Vous ne pouvez qu'être satisfait,  non ?
"Ça a été un hiver un peu marrant. Beaucoup de choses ont changé. Les  voitures ont beaucoup changé. Les essais hivernaux ont été très denses. On a  tous essayé de se débrouiller avec les nouveaux pneus. Mais en arrivant ici, on  était tous surpris de voir combien ils marchaient bien, sur un tour, ou avec  plus d'essence à bord. C'est prometteur pour dimanche. On verra comment cela va  finir. Mais pour sûr, on a fait le premier pas. Commencer la saison de cette  manière est ce qu'on recherche. C'est un bon signe pour toute l'équipe." 

Ne partez-vous pas quand même un peu dans l'inconnu au niveau des pneus ?
"En fait, la clé reste de finir la course, de voir le drapeau à damier.  L'an passé, à mi-course, j'ai dû abandonner. Mais je suis assez confiant. On a  eu une très bonne préparation cet hiver, avec presque aucun problème de  fiabilité. La voiture a été fiable dès la première minute, et évidemment pas  trop lente. Donc, les choses se présentent bien. Mais ce sera une course dure  avec les nouveaux pneus, une sorte de course dans l'inconnu. On sait plus ou  moins comment ils fonctionnent, mais on doit le vérifier, tout en se battant  contre les autres, en faisant plus d'un arrêt. Cela sera certainement amusant  pour nous aussi. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles on doit garder un  oeil. Mais (samedi) était la base. Et on n'aurait pas pu faire mieux."

Êtes-vous surpris par la performance des Ferrari ?
"Oui. Ils ont vécu un bon hiver. Vendredi, c'était un peu difficile à  juger. Je pensais qu'ils étaient raisonnablement compétitifs, et plus ou moins  au niveau. J'ai donc été surpris en qualifications. En Q1, j'ai vu qu'ils  mettaient déjà des gommes tendres (plus rapides). C'était déjà serré pour que  Felipe (Massa) passe. Bon, pas vraiment serré, mais il n'avait qu'une chance à  jouer. Ensuite, il est difficile d'évaluer ce qui se passe de l'intérieur de la  voiture. Tu te concentres plus sur toi-même. En Q1, on a un peu plus de temps  pour regarder la télévision (dans les stands). Mais j'étais surpris."

AFP