Vettel - Hamilton - Button - McLarn - Red Bull
Vettel signe la 14e victoire de sa carrière à Barcelone | AFP - DIMITAR DILKOFF

Vettel souverain à Montmélo

Publié le , modifié le

Réputé avare en dépassements, le circuit catalan de Montmélo, la cinquième manche de la saison, a pour une fois offert une course disputée. Le pole man, Mark Webber (Red Bull), a terminé quatrième et a vu son coéquipier, Sebastian Vettel triompher. Sa quatrième victoire de la saison, la plus difficile certainement tant la lutte avec Lewis Hamilton (McLaren) a été âpre. Jenson Button (McLaren) complète le podium. Alonso est 5e, Schumacher 6e.

Red Bull et McLaren ont éclipsé la concurrence ce dimanche en course. Largement au-dessus du lot, les deux écuries se sont adjugées les quatre premières places. Sebastian Vettel a décroché une quatrième victoire cette saison en cinq courses, la 14e de sa carrière, l’une des plus difficiles certainement tant il a été accroché par un formidable Lewis Hamilton. Au coude à coude plus de la moitié de la course, les deux hommes ont pris un tour à toutes les autres monoplaces, hormis Button et Webber, respectivement 3e et 4e. Malgré un resserrement au niveau des performances entre la RB7 et la MP4-26, Red Bull s’offre une nouvelle fois la première place. Vettel compte désormais 41 points d’avance au championnat sur son dauphin, Hamilton. Alonso termine 5e, loin des temps de ses principaux rivaux, devant Michael Schumacher, parti 10e sur la grille.

Parti en pole position, l’Australien Mark Webber (Red Bull) s’est fait chiper sa place dès le premier virage par Fernando Alonso (Ferrari), quatrième sur la grille et cinquième à l'arrivée. Trop occupé à bouchonner son coéquipier, Sebastian Vettel, l’Australien se faisait surprendre. Pas vraiment une surprise, le 2e pilote de chez Red Bull étant un habitué des départs ratés. Le départ canon d’Alonso a été une véritable aubaine pour l’intérêt de la course. Devant son public, le double champion du monde a dynamité le début de course. Trop peu de temps malheureusement pour la Scuderia, le double champion du monde cédait sa place dès le premier passage par les stands. "J'ai pris un bon départ. Mais je ne sais pas d'où Fernando est arrivé, a commenté Vettel. Il  est parti 16 mètres derrière moi, mais à la moitié de la ligne droite, nous  étions déjà côte à côte. Il est parti à l'intérieur de Mark, moi à  l'extérieur" .

Vettel, la bonne option tactique

En troisième position avant son premier stop, Sebastian Vettel a fait le pari de s’arrêter le premier. Une stratégie agressive qui lui a permis de prendre la tête des opérations dès le 20e tour. En tête du GP, le champion du monde allemand a pourtant vu son poursuivant, Lewis Hamilton fondre sur lui. Les deux pilotes champion du monde, sont restés roues dans roues une large partie de la course sans jamais se doubler."Ils ont mis en place une stratégie différente, partageait Vettel après sa victoire. Je savais que cela serait  très proche. Je me suis senti un peu comme en Chine (quand Hamilton l'avait  dépassé dans les derniers tous chaussé de gommes neuves). Je sentais mes pneus  se dégrader. Je priais pour que la même chose arrive à Lewis" .

La course, animée par de nombreux arrêts aux stands à cause de pneus tendres bien trop friables, a, une fois n’est pas coutume, offert une kyrielle de passage par la ligne droite des stands, quatre en moyenne par concurrent. Les McLaren qui étaient à la fête sur le circuit de Montmélo, Button, auteur d’un départ raté, s’offrait une remontée de grande classe en passant Webber (victime d’un problème de KERS) et Alonso en deux tours et grimper sur le podium.

Sixième, Michael Schumacher (Merceds) termine pour la première fois de la saison devant son coéquipier, Nico Rosberg (7e). Nick Heidfeld (Lotus Renault), dernier sur la grille, a réussi une  superbe remontée pour finir 8e. Les deux Sauber, en progrès, du Mexicain Sergio Perez et du Japonais Kamui  Kobayashi prennent la 9e et la 10e place.

La sixième manche du championnat aura lieu à Monaco, dès la semaine prochaine.