Sebastien Vettel Red Bull
Sebastien Vettel (Red Bull) prend le meilleur départ | AFP - MANAN VATSYAYANA

Vettel, ''Indian Runner"

Publié le , modifié le

Parti en pole-position, Sebastian Vettel a effectué un cavalier seul pour remporter le Grand Prix d'Inde sur le circuit de Buddh, en banlieue de New Delhi et signer le 11e succès de sa saison et le 20e de sa carrière. Intouchable, l'Allemand a repoussé loin derrière Jenson Button, 2e, et Alonso, 3e, qui complètent le podium. Massa et Hamilton, les meilleurs ennemis, se sont encore accrochés.

Seul sur la route des Indes. Sebastian Vettel a mis a profit sa 13e pole position de sa saison, la 28e de sa carrière, pour survoler le Grand Prix d'Inde. Comme prévu. Sur une Red Bull intouchable, le tout frais double champion du monde n'a pas manqué son envol dès l'extinction des feux pour s'enfuir dans son style caractéristique. Multipliant les records du tour dès les premiers kilomètres, Vettel mettait de la distance entre lui et la meute pour ensuite gérer en vieux briscard. Seule menace consistante pour le leader de la course, Jenson Button, auteur d'un départ canon, plaçait sa McLaren en embuscade derrière la Red Bull, mais à distance raisonnable tout de même. Il n'empêche, grâce à cette seconde place, le Britannique prend une option importante dans la lutte pour la place de vice-champion du monde avec désormais 13 points d'avance sur Alonso.

Les rivaux de Button pour le classement général, Fernando Alonso et Mark Webber ont également bataillé pour la troisième place sur le podium indien mais le choix de l'Australien, qui optait pour des gommes dures lors de son dernier arrêt aux stands, le pénalisait trop face aux pneus tendres, assurément le bon choix, du pilote Ferrari. L'Espagnol consolide ainsi sa 3e place au championnat du monde et reprend 6 points au général à Webber, 4e. Derrière les duettistes on retrouvait un autre duo, celui de Mercedes, Michael Schumacher devançant Nico Rosberg, l'ex "Baron Rouge" confirmant ainsi  son net regain de forme. Mais pas de trace de Lewis Hamilton et de Felipe Massa...

Massa à la masse

Comme trop souvent cette saison, les deux pilotes se sont encore frottés de trop près. Ennemis intimes du paddock, le Britannique et le Brésilien ont de nouveau croisé le fer au 25e tour et cette fois c'est le pilote Ferrari, peut-être aveuglé par la haine qu'il voue à celui de la McLaren, qui lui a clairement fermé la porte alors que ce dernier tentait de le dépasser ! Manœuvre inconsidérée de la part de Massa, qui partait à l'équerre alors que Hamilton perdait son aileron avant et tous ses espoirs de bien figurer dans ce grand prix... Le Brésilien payait lui aussi ce manque de discernement : d'abord par une pénalité (drive-through) puis par un abandon pur et simple après avoir brisé sa suspension avant-gauche. Une double-peine pas si injuste.

Sébastian Vettel: "D'un côté, je suis très heureux. C'est le premier GP d'Inde et je suis fier d'en être le vainqueur. Nous pouvons vraiment l'être en tant qu'écurie. Mais d'un autre côté, les deux derniers week-ends, nous avons perdu deux de nos potes. Je ne connaissais pas Dan Wheldon (décédé en IndyCar le 16 octobre). Mais il était un grand du sport mécanique. J'ai pu rencontrer Marco Simoncelli (mort dimanche dernier en MotoGP). Toutes nos pensées vont vers lui. Nous sommes prêts à prendre certains risques quand on saute dans la voiture mais on prie à chaque fois que rien ne se produise. Parfois, quelque chose nous le rappelle. C'est la dernière chose que nous voulons voir".
Jenson Button (GBR/McLaren, 2e):  "Félicitations à l'équipe pour cette deuxième place (du classement  constructeurs assurée dimanche). Il est difficile de se féliciter pour la  deuxième place. Mais cela fait une grande différence pour l'écurie. La 2e place  au classement pilotes ne veut pas dire la même chose. Une fois qu'on a gagné un  titre de champion du monde, rien d'autre ne va hormis la 1re place. L'important  est que nous soyons forts. Pour les deux dernières courses, nous allons nous  battre pour la victoire. Je ne vais rien abandonner avant la fin de la saison.  Je suis très excité par le défi que représente Abou Dhabi et le Brésil."

Julien Lamotte