Sebastian Vettel (Red Bull - Renault)
Sebastian Vettel (Red Bull - Renault) | SAEED KHAN / AFP

Vettel et Red Bull-Renault intouchables !

Publié le , modifié le

Piqué au vif par la pole de Lewis Hamilton (McLaren), Sebastian Vettel (Red Bull) a remis les choses au point en course. Le double champion du monde s'est imposé avec facilité en Corée du Sud, laissant ses rivaux s'expliquer pour les autres marches du podium. Le couteau entre les dents Hamilton a résisté au requin australien Mark Webber. Button et Alonso suivent avec une certain frustration. Sans surprise, Red Bull - Renault accroche le titre constructeur.

L'affront n'a pas mis longtemps à être lavé. Moins d'un tour exactement a suffi aux Red Bull Boys pour remettre les McLaren à leur place. Dans le sillage d'un départ très chaud, Sebastian Vettel a rapidement débordé Lewis Hamilton qui avait réussi à conserver sa position au premier virage. Derrière, Jenson Button faisait lui les frais d'un freinage raté et laissait Mark Webber et les deux Ferrari passer devant son nez. Qui pouvait bien battre le double champion ? Plus personne d'autant que l'Allemand avait également la chance de son côté en ravitaillant juste avant la sortie de la voiture de sécurité après un gros contact entre Petrov et Schumacher. Le Russe oubliait les freins et harponnait violemment l'arrière de la Mercedes. "Je m'excuse. C'est la course", a indiqué le pilote Lotus Renault à Schumi. Un peu léger…

Duel de feu entre Hamilton et Webber

Si la safety car anéantissait l'avance de Vettel, l'Allemand profitait de l'énorme bagarre entre Hamilton et Webber pour s'échapper à nouveau. Sur la piste et dans les stands, les deux pilotes se battaient comme des chiffonniers mais à la régulière. De quoi animer la deuxième partie de la course d'autant que Button et Alonso revenaient quasiment dans les roues du duo à dix tours de l'arrivée. A six tours du drapeau à damiers, on assistait à un échange de position ponctuel entre Hamilton et Webber. L'Australien pensait avoir réussi son coup mais le Britannique reprenait son bien dans la ligne droite suivante. Ce petit train terminait sans fausse note, loin de la locomotive de tête. C'était largement suffisant à Red Bull-Renault pour coiffer le titre des constructeurs, le 10e pour le motoriste français. En revanche, pour l'écurie "mère" Lotus-Renault, cela reste assez laborieux. Petrov out, Senna n'a pu faire mieux qu'une 13e place. Le retour de Robert Kubica se fait de plus en plus attendre...