Vettel, vainqueur du GP de Belgique
Sebastian Vettel vainqueur du GP de Belgique | JOHN THYS - AFP

Vettel: "Encore un beau souvenir"

Publié le , modifié le

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull), vainqueur dimanche du Grand Prix de Belgique, à Spa-Francorchamps, a jugé ensuite que cette 31e victoire de sa carrière en F1, sur un circuit "fantastique", allait constituer "encore un beau souvenir" pour lui.

Comment avez-vous vécu cette course de l'intérieur ?

Sebastian Vettel : "C'est difficile de prévoir son départ ici, donc j'ai fait de mon mieux pour partir derrière Lewis (Hamilton) et profiter de son aspiration dans le raidillon de l'Eau Rouge. Comme c'était le premier tour, la voiture était lourde et ça m'a donné beaucoup de vitesse, c'était un avantage et j'ai pu le passer assez facilement. Ca a bien marché et après j'ai essayé de trouver le bon rythme, de creuser l'écart. Je ne m'attendais pas à rouler aussi vite pendant toute la course, surtout par rapport aux Mercedes, du coup j'ai pu contrôler la course jusqu'au bout. Nous avions une très bonne vitesse de  pointe, et c'est toujours plus facile de doubler quand on a cet avantage".
   
Que vous inspire cette victoire qui a semblé facile ?

S.V.: "C'était une course fantastique pour nous, de bout en bout. Notre  tactique était très bonne et les gars sur le muret des stands étaient moins stressés que d'habitude. Pour ce qui est de la pluie, je la craignais un peu en fin de course mais il ne s'est rien passé de critique et tout s'est bien terminé. Je me sens bien, le fait d'avoir gagner ça aide. Je suis surtout  content de gagner ici, sur ce circuit fantastique, avec une voiture qui était un plaisir à piloter, au fur et à mesure qu'elle s'allégeait de son essence. Je pensais juste à gagner cette course et ça me fera encore un beau souvenir. Le  championnat, c'est du bonus".
   
Comment voyez-vous la suite du championnat, notamment par rapport à Räikkönen (qui a abandonné en raison de problèmes de freins) ?

S.V. : "Je ne pense pas que le championnat est terminé pour Kimi, car ce sont des choses qui arrivent et il y a encore beaucoup de points à marquer d'ici à la fin de l'année. En 2011, j'étais aussi nerveux qu'aujourd'hui, même si on a  fait une saison incroyable, et on prenait vraiment les courses l'une après l'autre, sans chercher à boucler le championnat à tel ou tel GP. On va faire la même chose cette année, sans essayer de faire les malins".

AFP