F1 GP de Monaco Sebastian Vettel 052011
L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) | AFP - Valery Hache

Vettel en cavalier seul ?

Publié le , modifié le

Le spectre d'un cavalier seul au Championnat de l'Allemand Sebastian Vettel plane sur Monza, où se tiendra, dimanche, le Grand Prix d'Italie de Formule 1, après le dernier succès du pilote Red Bull en Belgique.

Les dix derniers vainqueurs à Monza
2010: Fernando Alonso (ESP/Ferrari)
2009: Rubens Barrichello (BRA/Brawn GP)
2008: Sebastian Vettel (GER/Toro Rosso)
2007: Fernando Alonso (ESP/McLaren-Mercedes)
2006: Michael Schumacher (GER/Ferrari)
2005: Juan Pablo Montoya (COL/McLaren-Mercedes)
2004: Rubens Barrichello (BRA/Ferrari)
2003: Michael Schumacher (GER/Ferrari)
2002: Rubens Barrichello (BRA/Ferrari)
2001: Juan Pablo Montoya (COL/Williams-BMW)

Vettel semblait sur le reculoir avant la pause estivale. Trois courses, aucune victoire: une moyenne indigne de ses six triomphes lors des huit premières épreuves. Entre temps, Fernando Alonso (Ferrari) et les McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button s'étaient tour à tour imposés. Mais l'Allemand s'est repris à Spa-Francorchamps. Mieux, son coéquipier, Mark Webber, a terminé 2e sur le mythique tracé belge, permettant à Red Bull de ravir son deuxième doublé en 2011. "Nous étions bluffés de voir comment la course a tourné en notre faveur à Spa", a reconnu l'Australien. "Espérons qu'il en sera de même à Monza", a poursuivi Webber, fermement ancré à la 2e place du classement... à 92 longueurs de son coéquipier (167 points contre 259).

Tout le reste du paddock prie pour que le contraire advienne. Une nouvelle série de victoires de Vettel scellerait définitivement le Championnat. Manque de chance pour ses adversaires, l'Allemand a "des souvenirs incroyables de Monza". "C'est là que j'ai remporté ma première victoire en F1 avec Toro Rosso en 2008", se souvient-il. "C'est quelque chose que je n'oublierai jamais. J'avais la chair de poule sur le podium." Seize succès plus tard, l'euphorie s'est légèrement émoussée. Mais la volonté de se hisser au sommet du podium reste la même. Dès qu'il n'est pas premier, Sebastian Vettel boude. Ses adversaires adorent voir les mimiques qu'il arbore alors. Du moment qu'ils ont pris le dessus sur lui.

A Monza, circuit très rapide où l'aérodynamique, le point fort des Red Bull, est moins prédominante qu'ailleurs, les principaux concurrents de Vettel s'appelleront, comme d'habitude, Alonso, Hamilton et Button. Les trois hommes, qui se tiennent en à peine 11 points, ont tous besoin de gagner en Italie. L'Espagnol est favori des pronostics. L'an passé, sa Ferrari, à l'inverse des Red Bull, s'était montrée souveraine à Monza. Alonso l'avait emporté, alors que son coéquipier, le Brésilien Felipe Massa, avait terminé 3e. La Scuderia ne peut pas rêver d'un meilleur dénouement pour ce week-end. "Nous voulons gagner des courses, cela ne fait aucun doute. Mais nous sommes aussi très réalistes. Nous n'étions pas très compétitifs lors des deux ou trois derniers GP. Et les améliorations sur la voiture resteront minimales. Donc nous en resterons plus ou moins au même point", a estimé le pilote Ferrari.

"C'est un week-end vraiment important, pas parce qu'il représente l'ultime possibilité pour nous de changer les choses, mais pour que nous puissions offrir à l'équipe et surtout aux fans un grand résultat", a estimé Massa, tandis que des centaines de tifosi se massaient devant les grilles du stand Ferrari jeudi. Chez McLaren, l'optimisme est également de rigueur. Lewis Hamilton, après une nouvelle sortie de piste en Belgique, est déjà reparti de l'avant. "L'an passé, j'ai gagné à Spa mais je n'ai pas terminé à Monza. Là, je vais tenter d'inverser la séquence", a souri le Britannique, 5e du classement à 113 points de Vettel.

Le programme
Vendredi:
10h00-11h30: 1re séance d'essais libres
14h00-15h30: 2e séance d'essais libres
Samedi:
11h00-12h00: 3e séance d'essais libres
14h00-15h00: Qualifications
Dimanche:
14h00: Grand Prix d'Italie

AFP