Sebastian Vettel
Sebastian Vettel | TOM GANDOLFINI / AFP

Vettel égal de Prost au Japon ?

Publié le , modifié le

Où Sebastian Vettel sera couronné pour la quatrième fois consécutive champion du monde de F1 ? Ce pourrait être au Japon dimanche si l'Allemand de Red Bull-Renault s'impose et que Fernando Alonso termine à la 9e place ou au-delà. Le pilote Ferrari, qui citait la folle remontée d'Oracle en Coupe de l'America, n'a pas l'intention de baisser pavillon et fera tout pour retarder le sacre de son rival. De là à faire douter l'invicible germain...

Vettel va bientôt rejoindre le professeur Alain Prost au palmarès (champion en 1985, 1986, 1989 et 1993). Sur le tableau noir, le schéma est clair : l'Allemand est à portée de roues de son quatrième titre mondial. Sa domination impressionne mais il ne fait pas la leçon à ses adversaires. Si le pilote Red Bull règne sans partage, il assure que rien n'est facile, y compris quand on dispose du plus gros budget."Quelle que soit la voiture, que ce soit ma Red Bull  ou la Caterham de Charles Pic, il faut attaquer à fond de bout en bout", explique Vettel. Et quand on lui parle de la soporifique ère Schumacher, son glorieux aîné qui a enfilé cinq titres entre entre 2000 et  2004: "C'était différent car le vainqueur terminait souvent avec plus de 30  secondes d'avance, et parfois même une minute. Moi je termine souvent avec trois ou quatre secondes d'avance, c'est agréable mais ça ne laisse pas une grosse marge d'erreur". Pas de marge mais pas d'erreur…

Alonso vise ...la 2e place

Avec encore cinq GP à disputer, le suspens est totalement absent au sommet. En revanche, il y a de la bagarre pour les accessits et leurs grosses rentrées financières. Pour Alonso, "la 2e place du championnat constructeurs est un objectif plus  réaliste" que reprendre du terrain à Vettel. Cette 2e place ne tient plus qu'à un fil car Mercedes-AMG s'est rapprochée à un point (283 pts à 284) avant Suzuka, une piste mythique où les Flèches d'Argent ont tout ce qu'il faut pour briller. Autre candidat déclaré, Lotus aussi vise le podium final (239 pts). Le podium de Räikkönen et Grosjean en Corée est là pour rappeler que l'écurie luxembourgeoise a les armes pour se battre jusqu'au bout. Seule la lutte interne entre le Français et le Finlandais, dont le départ annoncé chez Ferrari provoque encore des remous, peut stopper l'ascension des Lotus.

Pic et Bianchi en fond de grille

La bonne nouvelle, c'est qu'à Suzuka les pneus Pirelli ne seront pas un problème. "Ce qu'il y a de bien ici, surtout quand on a les pneus durs et medium  comme cette année, c'est qu'on va pouvoir attaquer pendant toute la course.  C'est ça qu'on aime, nous les pilotes. Surtout ici, sur un tel circuit", a dit Jenson Button jeudi. Une bonne nouvelle aussi pour les Français Bianchi et Pic qui partiront à coup sûr de la dernière ligne de la grille après une pénalité de 10 places consécutive à leur 3e réprimande de la saison. Si loin de Sebastian Vettel.

Le point au championnat du monde

Classement des pilotes
1. Sebastian Vettel (GER) 272 pts
2. Fernando Alonso (ESP) 195
3. Kimi Räikkönen (FIN) 167
4. Lewis Hamilton (GBR) 161
5. Mark Webber (AUS) 130
6. Nico Rosberg (GER) 122
7. Felipe Massa (BRA) 89
8. Romain Grosjean (FRA) 72
9. Jenson Button (GBR) 58
10. Paul di Resta (GBR) 36
11. Nico Hülkenberg (GER) 31
12. Adrian Sutil (GER) 26
13. Sergio Pérez (MEX) 23
14. Daniel Ricciardo (AUS) 18
15. Jean-Eric Vergne (FRA) 13
16. Pastor Maldonado (VEN) 1
   
Classement des constructeurs
1. Red Bull Racing 402 pts
2. Scuderia Ferrari 284
3. Mercedes-AMG 283
4. Lotus 239
5. McLaren 81
6. Force India 62
7. Sauber 31
8. Scuderia Toro Rosso 31
9. Williams 1

Horaires du GP du Japon

Vendredi
10h00 à 11h30 (03h00 à 04h30 en heures françaises): 1re séance d'essais libres
14h00 à 15h30 (07h00 à 08h30): 2e séance d'essais libres
   
Samedi
11h00 à 12h00 (04h00 à 05h00): 3e séance d'essais libres
14h00 à 15h00 (07h00 à 08h00): Qualifications
   
Dimanche
15h00 (08h00): Grand Prix du Japon  (53 tours)