F1 RedBull Vettel Bahreïn qualifs de face 032010
Sebastian Vettel (Red Bull) à l'attaque | DR

Vettel de bout en bout, Webber en un morceau

Publié le , modifié le

Sebastian Vettel a pour la première fois de la saison remporter un Grand Prix, celui d'Europe, qu'il démarrait en pole-position. Leader de bout en bout, le pilote Red-Bull a devancé les deux McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button. L'épreuve a été marquée par un spectaculaire accident de Mark Webber (Red-Bull), dont la monoplace s'est envolée. Sans dommage pour l'Australien.

Tout s'est joué au 11e tour. C'est à ce moment-là que les équilibres se sont figés. Dans une courbe rapide, l'Australien fondait sur Heikki Kovalainen, qui ne le voyait pas dans ses rétroviseurs. Dans l'aspiration, le pilote Red Bull hésitait sur son dépassement et finissait par heurter l'arrière de la Lotus. Sa monoplace s'envolait comme une feuille de papier, faisait un demi-tour sur elle-même en l'air avant de retomber légèrement sur le côté mais surtout sur l'arceau de sécurité, pour finir sur son châssis et glisser jusque dans une pile de pneus. Dans ce spectaculaire accident, l'arceau a sans nul doute sauvé la vie du pilote, qui a été évacué à l'hôpital pour subir une batterie d'examens. Quelques minutes après, Mark Webber apparaissait, marchant normalement et visiblement sans blessure.

L'Australien avait raté son entame de course. Partant de la 2e position aux côtés de Sebastian Vettel, il se faisait passer dès le premier virage par Lewis Hamilton (McLaren), avant de finir le 1er tour en 9e position. Et après un retour aux stands, au moment de son accident, il pointait en 19e position. Sa sortie de piste ayant éparpillé des morceaux de carbone sur la piste, la voiture de sécurité faisait son entrée. A ce moment-là, Vettel était leader, devant Hamilton et les deux Ferrari d'Alonso et Massa. Mais l'arrivée du pace car allait tout bouleverser. Hamilton accélérait pour ne pas être la première voiture bloquée derrière, ce qui lui valait un retour au stand de pénalité indiqué au 25e tour par les commissaires de course, et effectué au 27e. Deux tours qu'il mettait à profit pour agrandir son écart avec son premier poursuivant, le Japonais Kamui Kobayachi et sa Sauber, ce qui lui permettait de ressortir toujours en deuxième position. Et pendant ce temps, les Ferrari coulaient dans la valse des retours aux stands. Car une fois libérées de la voiture de sécurité, celle de Fernando Alonso pointait en 10e position, celle de Felipe Massa en 17e.

Condamné à retourner aux stands pour chausser son deuxième train de pneus, le Japonais devait laisser passer Jenson Button en fin de course, lequel finissait derrière son coéquipier Lewis Hamilton, Rubens Barrichello (Williams) s'emparant de la 4e place et Robert Kubica (Renault) la 5e. Pour la première fois de la saison, après quatre pole-positions, Sebastian Vettel parvient à remporter le Grand Prix pour lequel il s'était montré le plus rapide aux essais. C'est sa deuxième victoire de la saison, mais ce sont bien ses rivaux de chez McLaren qui réalisent une bonne affaire.

Réactions
Sebastian Vettel (Red Bull, 1er): "C'est pas trop tôt ! Cela n'a pas été très simple jusqu'ici. Nous ne pouvons  pas changer ce qui s'est produit dans les autres GP. Mais c'est bon d'être de  retour sur un circuit où nous ne pensions pas être aussi forts, d'être assez  rapide durant toute la course pour se détacher, créer un écart, et ramener la  voiture à la maison. (A propos de l'accident de Mark Webber) Après avoir vu les  images, le plus important dans cette course est que Mark n'ait rien eu.  Certaines personnes regrettent la F1 d'il y a 30 ans. Elles disent qu'il ne se  passe rien dans celle d'aujourd'hui. Mais un jour comme celui-ci, on se rappelle  que les vitesses sont très élevées. Et quand les choses tournent mal, elles vont  spectaculairement mal."

Lewis Hamilton (McLaren, 2e): "J'essayais de raccourcir l'écart avec +Seb+  (Vettel). Mais quand je suis arrivé au virage 1, j'ai soudainement vu la voiture  de sécurité, donc, j'ai ralenti. (...) Je pensais que c'était OK. Quand l'écurie  m'a dit que j'avais écopé d'une pénalité, j'ai poussé autant que je pouvais pour  accroître mon écart sur les gars de derrière. Ensuite, j'ai pris ma pénalité.  C'est long de rouler à 60 km/h dans les stands. Je suis ressorti 2e. Je ne vois  pas ce qu'il y a d'injuste. C'est la course, et ce sont les règles. Nous devons  tous les accepter."

Jenson Button (McLaren, 3e): "Ma troisième place n'est pas une surprise vu  notre rapidité, mais finir 3e en ayant commencé 7e... la voiture de sécurité m'a  assurément aidé. Les lumières l'annonçant se sont allumées juste quand j'entrais  dans les stands. C'était donc parfait pour moi, alors que les autres gars  devaient encore faire un tour. Ce résultat et les points qui l'accompagnent est  exceptionnel pour notre écurie et pour nous. Deux +Brits+  iront à Silverstone  (où se tient le prochain GP le 11 juillet, NDLR) à la première et deuxième place  du Championnat. Nous ne pouvions rien demander d'autres."