Vettel portrait casque Valence 062010
Sebastian Vettel (Red Bull) | Andrew Hone/Getty Images

Vettel : "Ce n'est pas trop tôt"

Publié le , modifié le

Sebastian Vettel (Red Bull) ne cachait pas son soulagement après son succès au Grand Prix d'Europe de Formule 1, son deuxième de l'année, après un début de saison en dents de scie.

Comment vous sentez-vous après cette deuxième victoire de la saison ?
"C'est pas trop tôt ! Cela n'a pas été très simple jusqu'ici. Nous ne pouvons pas changer ce qui s'est produit aux autres GP. Mais c'est bon d'être de retour sur un circuit où nous ne pensions pas être aussi forts, d'être assez rapide durant toute la course pour se détacher, créer un écart, et ramener la voiture à la maison".

La neutralisation de la course ne vous a pas facilité la tâche...
"Quand j'ai vu le panneau annonçant la voiture de sécurité, j'étais juste dans la ligne droite et je pensais que les autres voitures allaient pouvoir s'arrêter, alors que moi non. Mais j'ai été chanceux que les premières monoplaces se trouvent dans la même situation que moi."

Que vous a inspiré l'accident de votre coéquipier Mark Webber ?
"Après avoir vu les images, le plus important dans cette course est que Mark n'ait rien eu. Certaines personnes regrettent la F1 d'il y a 30 ans. Elles disent qu'il ne se passe rien dans celle d'aujourd'hui. Mais un jour comme celui-ci, on se rappelle que les vitesses sont très élevées. Et quand les choses tournent mal, elles vont spectaculairement mal."

Ce résultat doit vous redonner le moral avant le GP de Grande-Bretagne.
"Nous restons concentrés sur la prochaine course. C'est notre GP maison, plus ou moins comme pour toutes les autres équipes (la plupart des écuries de F1 sont basées en Grande-Bretagne, NDLR). Mais cette victoire est bonne pour nous. Nous avons connu un week-end sensationnel là-bas l'an passé, que nous allons essayer de répéter."

Diriez-vous que les prochains circuits semblent particulièrement adaptés à votre Red Bull ?
"Nous savons quelle voiture nous avons. Naturellement, ces pistes lui conviennent. Mais chaque écurie pousse au maximum. Nous devons voir où les autres en seront en terme de développement. Et nous devrons faire le boulot. Parfois, les week-ends sur des pistes a priori favorables ne sont pas des plus simples."

AFP