Giedo van der Garde
Giedo van der Garde, le pilote néerlandais | FREDERIC LE FLOC H / DPPI media

Van der Garde met Sauber dans l'embarras

Publié le , modifié le

La Cour suprême de l'Etat de Victoria a débouté é jeudi l'appel de l'écurie suisse Sauber à la suite de sa décision mercredi de confirmer le droit du Néerlandais Giedo van der Garde à piloter une Sauber au Grand Prix d'Australie de Formule 1.

L'imbroglio Sauber n'a pas fini d'agiter le landernau de la Formule 1. Pour la première fois dans l'histoire de la F1, une équipe se présente, de fait, au départ d'une saison avec plus de pilotes que de voitures. Ceci étant, voir Giedo van der Garde au volant d'une F1 ce weekend est hautement improbable. L'écurie suisse n'a pas prolongé, cet hiver, la Super Licence de van der Garde, et même si elle le faisait jeudi matin en Europe, suite à la décision de la Cour suprême à Melbourne, la procédure, même de toute urgence, serait terminée après la fin des vérifications administratives, jeudi après-midi en Australie.

Sauber est d'autant plus gêné par cette décision que ses deux pilotes, le Suédois Marcus Ericsson (ex-Caterham) et le Brésilien Felipe Nasr, débutant en F1, sont des pilotes "payants" qui amènent avec eux une mane financière nécessaire à l'écurie. La décision de jeudi devrait obliger Sauber à se séparer de Nasr ou Ericsson, afin de pouvoir intégrer Van der Garde dans l'équipe, comme titulaire. Sauf si Monisha Kaltenborn, actionnaire et dirigeante de Sauber F1, qui était avocate avant de prendre les commandes de l'écurie suisse, trouve un terrain d'entente avec le Néerlandais.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot