Nico Rosberg - Mercedes - 2012
Nico Rosberg (Mercedes) meilleur temps de la 2e journée d'essais | AFP - CRISTINA QUICLER

Une première pour Rosberg

Publié le , modifié le

L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Chine, 3e manche du Championnat du monde, la première victoire de sa carrière en Formule 1, dimanche sur le circuit de Shanghai. Parti en pole position, Rosberg, 26 ans, qui disputait son 111e Grand Prix, a réussi à conserver son avantage pour devancer les McLaren des Britanniques Jenson Button et Lewis Hamilton au terme d'une course parfaite.

Nico après Fangio !

Il n'est jamais trop tard pour espérer bien faire. Ainsi Nico Rosberg aura-t-il dû attendre son 111e Grand Prix et six saisons pour décrocher enfin une victoire. Jusqu'alors il n'avait connu que cinq podiums, mais depuis deux ans, depuis qu'il avait rejoint Mercedes après quatre saisons chez Williams, il y avait incontestablement du mieux et un progression constante, confirmée sur ce circuit de Shangai d'abord par une double première ligne avec à ses côtés son coéquipier Michael Schumacher, puis une victoire au terme des 56 tours. Rosberg offre à Mercedes son premier succès en tant qu'écurie d'usine depuis la victoire de Juan Manuel Fangio en 1955 dans le GP d'Italie...! Le constructeur allemand avait abandonné la compétition cette année-là et ne l'a reprise qu'en 2010.      

Le fils du fameux Finlandais Keke Rosberg, championnat du monde en 1982, qui a, lui, choisi  la nationalité allemande, a eu depuis son arrivée toute la confiance de Mercedes et l'appui de l'expérimenté Michael Schumacher; lequel pensait bien faire aussi quelque chose en Chine; mais il a dû s'arrêter définitivement au 13e tour, roue arrière droite mal serrée par son équipe de mécaniciens. C'est le seul abandon de cette course menée à un train d'enfer, devant près de 100.000  spectateurs. Une course que Rosberg a dominée de bout en bout en sachant parfaitement gérer ses pneumatiques pour résister à la menace des McLaren.  

McLaren n'a rien pu faire 

Malgré ses deux arrêts au stand, il a en effet pu compter sur une voiture très fiable sur laquelle beaucoup de modifications ont été apportées après les deux premiers Grand prix plutôt décevants. Cette fois-ci, fort de sa pole-position, Rosberg  confiant en ses moyens et en ceux de sa Mercedes n'a laissé aucune chance à ses poursuivants. Les McLaren de Button et Hamilton, qui ont pourtant tourné à un rythme soutenu et régulier ont terminé à plus de 20 secondes.  Les deux Red Bull de l'Australien Mark Webber et de l'Allemand Sebastian Vettel, double champion du monde en titre, ont terminé respectivement 4e et 5e,  au pied du podium, devant le Français Romain Grosjean (Lotus), qui marque ainsi  les premiers points de sa carrière en F1.

Déclarations

Nico Rosberg: "C'est un week-end parfait et c'est vraiment très spécial, tout le truc:  ma première pole position et ma première victoire, le même week-end, avec cette  équipe avec laquelle je travaille depuis plus de deux ans. C'est un sentiment  incroyable, je suis à la fois très heureux et très fatigué. Il a fallu attendre  longtemps, toute l'équipe et moi, et on ne pensait pas arriver à être aussi  rapides aujourd'hui, mais on avait travaillé très dur depuis trois jours, à  tous les niveaux, après deux courses où tout ne s'était pas bien passé pour  nous. Ce n'est jamais complètement parfait, mais globalement, je me sentais  bien pendant toute la course. Je me rendais compte qu'il y avait une grosse  bagarre derrière moi, car à chaque tour, je voyais un nom différent sur le  panneau devant les stands. Je me demandais vraiment ce qui se passait dans  cette course. Ce n'est jamais facile de prendre soin des pneus, ils s'usaient  beaucoup. J'avais fait attention samedi, en qualifications, pour les préserver,  et on a choisi la bonne stratégie. Heureusement pour nous, on a beaucoup de  compétence dans ce domaine-là, au sein de notre équipe. Finalement,  tout s'est parfaitement mis en place aujourd'hui."

Jenson Button: "Mes deux premiers arrêts ont été très bons, et on a perdu un peu de temps dans  les stands lors de mon troisième arrêt, on a dû perdre neuf à dix secondes.  Quand je suis ressorti, j'avais quatre voitures devant moi, que je n'ai pas réussi à doubler tout de suite, au lieu d'avoir un tour clair, en pneus froids,  mais ce sont des choses qui arrivent. Je suis très content de ma course, on  avait choisi une stratégie différente, et je termine 2e, je me suis régalé.  C'était une grosse bagarre, mais très propre, c'est toujours agréable, et j'ai  bien apprécié le moment où j'ai dépassé Vettel. C'est un début de saison très encourageant pour toute notre équipe. Je veux féliciter Nico (Rosberg), car je  sais que c'est très spécial de remporter son premier Grand Prix, et je lui  souhaite beaucoup d'autres victoires. C'est différent, d'un pilote à l'autre, certains gagnent plus tôt, d'autres plus tard, et je ne changerais rien à la manière dont ma carrière s'est déroulée."

Lewis Hamilton:  "C'était une course fantastique, une  bagarre incroyable, avec beaucoup de champions du monde et de très bons pilotes  qui faisaient le train. Je savais qu'il allait être rapide tout le week-end et difficile à rattraper aujourd'hui, on a tout fait pour y arriver mais ça n'a  pas suffi. Il fallait se battre un peu avec tout le monde, beaucoup de voitures  étaient très proches en performances et faisaient le petit train, il fallait  bien préparer son coup en s'appliquant sur la trajectoire dans les virages qui  précédaient la seule ligne droite où on pouvait utiliser le DRS (aileron  arrière ajustable) pour avoir une chance de dépasser. C'est l'une des  meilleures courses auxquelles j'ai participé, et je sais que c'est un sentiment fantastique de remporter sa première victoire en F1, donc je suis content pour Nico" (Rosberg).

Romain Grosjean: "C'était une belle  course pour tout le monde, on avait rarement vu des écarts aussi serrés. L'équipe et moi, nous  méritions un bon résultat, car on avait beaucoup travaillé mais ça ne voulait  pas sourire. On peut encore améliorer beaucoup de choses, mais il y a plein de  positif. On avait une stratégie un peu différente de certains, donc quand ils  se sont arrêtés, je me suis retrouvé un moment 2e. La voiture fonctionnait très  bien et on pouvait continuer encore (quelques tours sans changer de pneus). Sur  la fin, c'est ce qui a fait la différence. C'est chaud de se battre avec des  pilotes aussi expérimentés, mais en même temps c'est super plaisant et c'était  une belle bagarre."

Christian Grégoire