Senna Monaco 1993
Ayrton Senna est comme dans son jardin dans les rues de Monaco. En 1993, il remporte son 5e GP consécutif en Principauté, le 6e au total. Il bat ainsi le record de Graham Hill. | AFP PHOTO

Senna en dix dates

Publié le , modifié le

Dix dates marquantes de la carrière du Brésilien Ayrton Senna da Silva, trois fois champion du monde de Formule 1, mort en course le 1er mai 1994, à 34 ans, sur le circuit italien d'Imola.

1. GP de Monaco, 3 juin 1984

Premier coup d'éclat de Senna  en Principauté, au volant d'une modeste  Toleman-Hart, lors d'une course très arrosée que le Brésilien a transformé en  festival de dépassements. Il passe même le leader, Alain Prost, mais c'est sous  le drapeau rouge, alors que la course vient d'être interrompue pour raison de  sécurité. Senna  est deuxième, mais vainqueur moral. Il en gagnera d'autres...

2. GP du Portugal, 21 avril 1985

Première pole position et première victoire en F1, avec le record du tour  en prime, dans sa Lotus noire et or propulsée par un moteur Renault. Sur le  podium, le jeune Ayrton, 25 ans, est entouré par deux pilotes Ferrari, Michele  Alboreto et Patrick Tambay.

3. GP de Monaco, 31 mai 1987

Première des six victoires de Senna  en Principauté, lors de son 50e GP de  F1, au volant d'une Lotus devenue jaune canari, propulsée par un moteur Honda.  Sur le podium, aux côtés de Senna  et du Prince Rainier, il y a un champion du  monde brésilien, Nelson Piquet, et un pilote Ferrari, le regretté Michele  Alboreto.

4. GP de Saint-Marin, 1er mai 1988

Depuis son arrivée chez McLaren, Senna  n'a qu'une idée en tête: battre son  coéquipier Alain Prost. Parti en pole, il y arrive pour la première fois de la  saison et lance parfaitement le duel pour le titre mondial, qui va durer  jusqu'au dernier GP, au Japon.

5. GP du Japon, 30 octobre 1988

C'est le GP décisif mais Senna  cale au départ, puis réussit à faire  démarrer son moteur Honda car le circuit de Suzuka est en pente. Quatorzième au  premier virage, il est déjà 8e à la fin du 1er tour, alors que Prost caracole  en tête. Senna  remonte et dépasse Prost au 28e tour, le Français ayant des  problèmes d'embrayage et de boîte de vitesses. Senna  gagne et remporte son  premier titre.

6. GP du Japon, 22 octobre 1989

Rebelote entre les deux grands rivaux: un GP décisif, à Suzuka, qui bascule  au 47e tour quand les deux McLaren s'accrochent, car Prost a "fermé la porte"  quand Senna  l'a attaqué. Le Français est champion du monde, pas le Brésilien,  et il part chez Ferrari car la cohabitation entre les deux hommes est désormais  impossible. Senna  se vengera un an plus tard, au même endroit...

7. GP du Japon, 21 octobre 1990

C'est le troisième acte de la saga Prost-Senna , encore en bagarre pour le  titre mondial, et encore au Japon. Cette fois-ci, le Brésilien, parti en pole  position, prend l'initiative et percute volontairement la Ferrari du Français  au premier virage, envoyant les deux monoplaces dans le décor. Il est champion  du monde pour la deuxième fois... et il a la conscience tranquille.

8. GP du Brésil, 24 mars 1991

Sept fois de suite, de 1984 à 1990, la victoire lui a échappé dans son GP  national, d'abord sur le circuit de Jacarepagua puis sur celui d'Interlagos,  dans la banlieue de sa ville natale, Sao Paulo. Cette fois-ci, c'est la bonne,  malgré une boîte de vitesses en vrac et de terribles crampes qui l'obligent à  demander de l'aide pour sortir de son cockpit.

9. GP d'Australie, 7 novembre 1993

C'est la 41e et dernière victoire de Senna  en F1, au bout de sa dernière  course dans une McLaren, et du dernier duel contre Prost, qui va prendre sa  retraite au terme de son 199e GP. Les deux hommes sont réunis sur le podium et  se donnent l'accolade, Prost est champion du monde pour la 4e fois, puis Senna   avoue que le petit Français va lui manquer...

10. GP de Saint-Marin, 1er mai 1994

C'est le 161e et dernier départ de Senna  en F1, en pole position, au volant  d'une Williams rétive qui va l'envoyer dans le mur en béton de la courbe de  Tamburello au 7e tour, à plus de 220 km/h, et clôturer de manière tragique, en  direct, la saga héroïque d'un pilote adulé par les foules. Rideau noir.

AFP