Schumacher sous pression

Publié le , modifié le

Le septuple champion du monde allemand, Michael Schumacher aurait reçu un ultimatum de son écurie, Mercedes. Selon le quotidien Bild, la firme germanique envisagerait d'interrompre son contrat avant son terme si ses résultats restaient aussi mitigés la saison prochaine.

Ca devait être un retour triomphal. Revenu à la compétition après trois ans d'interruption, au volant de la voiture championne du monde et aux côtés de son partenaire de toujours, Ross Brawn, Michael Schumacher briguait les sommets. A la place, il a obtenu une voiture distancée par le trio Red Bull-Mc Laren-Ferrari. Pire, il a montré tout au long de la saison ses lacunes pour paramétrer sa voiture, constamment derrière son coéquipier Nico Rosberg, de seize ans son cadet. A l'heure où ce dernier pointe à la 7e place du classement mondial, avec 122 points, le "Baron rouge" occupe le 10e rang avec un total famélique de 46 points. Une différence de résultats abyssale entre les deux hommes qui dérange.

Conséquence directe de cette absence de résultat : l'écurie allemande aurait lancé un ultimatum au recordman de victoires en Grand Prix (91). En cas de saison 2011 aussi décevante que celle en cours, ce dernier verrait son contrat rompu un an avant son terme. C'est en tout cas ce que rapporte dans son édition de jeudi le quotidien allemand Bild, sans mentionner l'origine de sa source.

Même son directeur d'écurie et ami, Ross Brawn, affiche aujourd'hui son agacement. "Je suis content de ce que fait Nico, partage t-il. Maintenant, on attend des progrès de Michael qui n'est pas encore au mieux (...) Je préférerais que nos deux pilotes se +tirent la bourre+ en permanence, ce n'est pas bon quand l'un de nos pilotes est loin de l'autre". Réagissant à cet ultimatum, le septuple champion du monde s'est dédouané : "La saison est bien plus dure que prévue. Les attentes étaient élevées, vu le niveau de performance de l'équipe l'an passé. Nous n'avons pas réussi à les concrétiser. Mais en même temps, c'est un projet à long terme. Quand je regarde en arrière et je vois le temps que ça a pris à Benetton et Ferrari pour gagner...", a confié Michael Schumacher. "C'est pourquoi mon contrat court sur trois ans (jusqu'en 2012). J'espère que dans ce laps de temps, je pourrai en retirer les fruits. Je suis confiant quand j'observe tout ce qui a été fait pour qu'on s'améliore l'an prochain", a-t-il poursuivi.