Schumacher: processus de réveil en cours

Schumacher: processus de réveil en cours

Publié le , modifié le

L'équipe médicale du CHU de Grenoble a décidé de diminuer les sédatifs administrés à Michael Schumacher. Ils sont "depuis peu diminués afin d'entamer un processus de réveil, qui pourra durer longtemps", a déclaré jeudi sa porte-parole Sabine Kehm dans un communiqué.

"Initialement, il était clairement convenu entre toutes les parties intéressées de ne communiquer cette information médicale que lorsque ce  processus serait consolidé, cela afin de protéger la famille. Nous ne donnerons aucun renseignement sur les étapes intermédiaires", a-t-elle ajouté. Lundi, cette dernière avait indiqué à l'AFP que l'état de Schumacher était "stable" et non plus "critique" comme auparavant.

Depuis son accident de ski intervenu il y a désormais un mois, l'ancien pilote de Formule 1 restait toujours plongé dans un coma artificiel. Mercredi, le quotidien L'Equipe annonçait que l'Allemand réagissait positivement à des tests effectués en vue d'un réveil, une information rapidement démentie par la porte-parole de Schumacher. Un tel processus de réveil ne peut être enclenché que lorsque la pression de la boîte crânienne reste correcte. Et c'est toujours en fonction de la pression cérébrale que le processus suit son cours, des jours, parfois des semaines étant nécessaires pour que le réveil soit avéré.

La famille demande à nouveau le respect de la vie privée

"La famille de Michael Schumacher demande à nouveau le respect de leur vie privée, le secret médical et donc de ne pas déranger les médecins dans leur travail, a déclaré Mme Kehm. Dans le même temps, la famille tient à exprimer ses remerciements encore une fois pour les témoignages de sympathie venus du monde entier. "

L'accident de Schumacher a eu lieu dimanche 29 décembre. Alors qu'il skiait en compagnie d'un groupe d'amis, le septuple champion du monde de F1 s'était engagé dans un secteur hors piste de la station de  Méribel. Evoluant pourtant à vitesse très modérée, sa tête avait violemment heurté un rocher.

Romain Bonte