Michael Schumacher
Michael Schumacher | SAEED KHAN / AFP

Schumacher: des questions sur l'accident

Publié le , modifié le

Des questions émergent toujours sur les circonstances de l'accident dont a été victime dimanche dernier, Michael Schumacher, toujours plongé dans un coma artificiel vendredi le jour de ses 45 ans.

Manifestation silencieuse devant l'hôpital

Pour marquer cet anniversaire, la Scuderia Ferrari a annoncé jeudi que "les  clubs Ferrari ont décidé d'apporter leur soutien à Michael Schumacher en organisant vendredi une manifestation silencieuse et respectueuse mais colorée  de rouge, devant l'hôpital". En revanche, le club de fans de Kerpen, ville allemande où a grandi le  champion, a estimé que "l'anniversaire de Schumacher n'était pas une occasion de faire la fête". Seules, des casquettes de fans souhaitant à leur idole un bon rétablissement, sont accrochées aux grilles du club. Le parquet d'Albertville a ouvert une enquête sur les circonstances de  l'accident, l'affaire étant susceptible de prendre une tournure judiciaire si des responsabilités venaient à être identifiées.

Une des questions tient à la vitesse à laquelle skiait Michael Schumacher, qui a heurté dimanche matin un rocher de la tête, alors qu'il était en compagnie son fils Mick, 14 ans, dans un secteur hors piste. Selon le parquet et la direction de la station de Méribel, le pilote  évoluait à grande vitesse. Mais d'après son attachée de presse, Sabine Kehm,  l'ancien champion "n'allait pas vite, parce qu'il semble qu'il avait aidé un ami qui était tombé". Si la vitesse n'est pas en cause, un éventuel défaut de signalisation d'une  zone dangereuse pourrait faire débat. L'accident est survenu dans une zone à faible pente, entre une piste rouge et une piste bleue, couverte d'une neige fraîche d'où affleuraient de nombreux  rochers, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette zone est balisée de part et d'autre par les piquets rouges et bleus des pistes avoisinantes. Mais elle n'est pas équipée de filets de protection ou de panneaux signalant un danger éventuel. Enfin, des questions peuvent aussi porter sur un défaut du matériel  équipant Schumacher. Son casque, brisé en deux lors du choc, n'a en effet pas  suffi à le protéger. "Mais cela ne signifie pas que Michael skiait à grande vitesse", a dit Mme Kehm. Par ailleurs, selon le quotidien allemand Bild, l'une des fixations de ski  de location de Schumacher ne s'est pas ouverte. Ce matériel a été saisis par  les enquêteurs, selon Bild.

Situation "stable" mais "critique"

Si ces défauts ont pu jouer un rôle dans l'accident, c'est alors le loueur  ou les fabricants du matériel qui pourraient être mis en cause. Mme Kehm, ainsi que des témoins et des proches du pilote, doivent être  entendus par les enquêteurs, selon une source proche de l'enquête. Le parquet d'Albertville, injoignable jeudi, n'entend pas communiquer à ce  sujet avant le début de la semaine prochaine. Quatre jours après l'accident, le pilote était toujours hospitalisé en  soins intensifs au CHU de Grenoble et aucune information ne filtrait sur sa  santé qualifiée de "stable" mais toujours "critique".

Ni l'hôpital, ni la famille Schumacher ne communiquaient sur l'évolution de  son état de santé. Le CHU a indiqué à l'AFP qu'aucune communication n'était prévue jeudi.  Sabine Kehm, arrivée à l'hôpital jeudi vers 09H00, a aussi refusé de s'exprimer. Mercredi matin, elle avait indiqué que l'état du pilote était "stable" mais  toujours critique, ajoutant qu'il n'y aurait de nouvelle conférence de presse  qu'en cas d'évolution dans son état de santé. La veille, le Pr Emmanuel Gay, chef du service de neurochirurgie du CHU de  Grenoble, avait jugé que le pronostic vital du septuple champion du monde de F1  demeurait engagé.

Sur place, le pilote est notamment entouré par Corinna, son épouse depuis  1995, ses deux enfants Gina Maria, 16 ans, et Mick, 14 ans. Son père Rolf et son frère Ralph, également coureur automobile, sont  arrivés jeudi peu après 17H00. Ses amis, le Pr Gérard Saillant et Jean Todt, président de la Fédération  internationale automobile et ancien directeur de la Scuderia Ferrari, se sont à  nouveau rendu à son chevet jeudi. Michael Schumacher, qui aura 45 ans vendredi, est le pilote de Formule 1 le  plus titré au monde, devant l'Argentin Juan-Manuel Fangio, avec 7 titres de  champion du monde entre 1994 et 2004 et 91 victoires en Grands Prix.

AFP