Joie Nico Rosberg GP de Chine 2016
La joie de Nico Rosberg | Dong jun / Imaginechina

Rosberg: "Shanghai, un endroit spécial pour moi"

Publié le , modifié le

L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes), vainqueur ce dimanche du GP de Chine de Formule 1 pour une 6e victoire d'affilée, et leader incontesté du championnat du monde, a ensuite évoqué Shanghai, "un endroit spécial" pour le pilote Mercedes. Un endroit où il s'était déjà imposé en 2012.

Que vous inspire cette 17e victoire en F1 ?

Nico Rosberg: "La Chine, c'est un endroit spécial pour moi car c'est ici que j'ai fait ma première +pole+ et remporté mon premier GP (les deux en 2012, ndlr). C'est la voiture la plus équilibrée que j'aie jamais eue en course, donc un grand merci à mon équipe. On va faire la fête dans le garage, ils le méritent. Ce que je retire de cette course, c'est que nous disposons toujours de la meilleure voiture, même si je pense que chez Ferrari ils n'ont pas encore vraiment montré de quoi ils sont capables. Ils ont eu tellement d'incidents lors des trois premières courses qu'il faut qu'on reste concentrés sur nos objectifs, et qu'on continue à attaquer. Ils sont sûrement plus près de nous, en performance, qu'ils l'ont montré jusqu'à maintenant. J'ai hâte de disputer les prochaines courses".

Comment avez-vous vécu cette course de l'intérieur et étiez-vous au courant de ce qui se passait derrière vous ?

N. R.: Je n'ai pas pris un super départ, celui de Daniel (Ricciardo) était bien meilleur, mais après cela j'avais une voiture très rapide et je me sentais très bien, donc j'ai pu l'attaquer tout de suite. Je ne pouvais pas voir ce qui se passait derrière moi et j'étais concentré sur la course et sur l'écart que j'essayais de creuser. Ca a marché, notre stratégie était bonne, mes pneus ont bien tenu, donc je suis très content".

Est-ce que c'est votre meilleur début de saison, êtes-vous actuellement au sommet de votre carrière ?

N. R.: "C'est trop tôt pour faire des bilans. Il y a trois courses qui ont bien marché pour moi mais ça va être la saison de F1 la plus longue de l'histoire (avec 21 GP, ndlr), donc il en reste 18. Ca n'aurait aucun sens de tirer des conclusions prématurées. Bien sûr, je suis heureux, je me sens bien et la voiture est là aussi, mais je ne veux pas en dire plus. Lewis (Hamilton) n'est pas si loin de moi (36 points de retard, ndlr), ça n'est pas beaucoup, ça représente un peu plus d'une victoire. Il est toujours aussi concentré et motivé, il n'abandonnera jamais et il est la valeur de référence ces dernières années, donc la bagarre va forcément continuer. Ce sera une grosse bagarre".

AFP