Rosberg: la "grosse bagarre"continue

Rosberg: la "grosse bagarre"continue

Publié le , modifié le

L'Allemand Nico Rosberg, vainqueur dimanche du Grand Prix de Monaco pour la deuxième année consécutive, a expliqué que la "grosse bagarre" avec son coéquipier Lewis Hamilton allait "continuer".

Qu'est-ce que ça vous fait de gagner ici pour la deuxième année  d'affilée ?
Nico Rosberg
: "C'est une autre journée spéciale pour moi, ça c'est sûr. Mon père  (ndlr: Keke Rosberg, champion du monde 82) est fier et ça me rend heureux,  aussi pour mes amis qui étaient tous là ce week-end. Ca rend les choses encore  plus spéciales. Lewis (Hamilton) a très bien piloté et il m'a mis la pression  jusqu'au bout. J'ai ménagé mes pneus et réussi à garder un petit écart jusqu'à  l'arrivée, grâce à mes pneus plus frais. C'est fantastique et je suis très  heureux pour toute l'équipe, qui nous a construit une voiture incroyable. Lewis  enchaînait les bons résultats (ndlr: quatre victoires d'affilée) et il fallait  vraiment que je coupe cet élan, c'est un peu ce que j'ai réussi à faire ce  week-end. En plus, je reprends la tête du championnat". 

Avez-vous eu peur de tomber en panne d'essence ?
N R
: "La situation était critique et j'ai été surpris, car il fallait que je  fasse un gros changement dans mon style de pilotage, en passant différemment  les vitesses pour économiser du carburant, alors que j'avais Lewis juste  derrière moi. Ce n'était pas un moment facile, mais une fois de plus l'écurie a  bien géré tout ça et m'a fait faire tout ce qu'il fallait. Je sais que je peux  leur faire confiance à tout moment, donc je ne me pose pas trop de questions.  S'ils me demandent de rentrer au stand, je rentre. Après, j'ai repris un bon  rythme et ça allait, mais c'était quand même difficile".

Où en est votre relation amicale avec Lewis ?
N R
: "Ca va. Nous avons discuté et l'avantage c'est que nous nous connaissons  bien, depuis longtemps. On s'est encore assis ce week-end pour discuter  ensemble. Je ne ferai aucun commentaire sur ce qui est écrit dans la presse,  surtout si c'est inventé par les journalistes, et je pense que Lewis continuera  à faire la même chose. Il a toujours été fort, notamment mentalement, donc je  ne m'attends pas du tout à ce qu'il craque, c'est sûr. C'est une grosse bagarre  qui va continuer". 

AFP