Nico Rosberg Mercedes
Nico Rosberg (Mercedes) | ALEXANDER KLEIN / AFP

Rosberg couronné à Silverstone, cimetière des pneus Pirelli

Publié le , modifié le

Au cours d'un Grand Prix de Grande-Bretagne spectaculaire mais marqué par l'explosion de quatre pneus arrières gauche (Hamilton 8e tour, Massa 10e, Vergne 15e et Perez 46e) et l'intervention du safety-car à deux reprises, Nico Rosberg (Mercedes) a remporté la course, sa deuxième de la saison. Grâce à tous ces rebondissements et à l'abandon de Sebastian Vettel (Red Bull), boîte de vitesse cassée au 41e tour, Mark Webber (Red Bull) a effectué une exceptionnelle remontée pour finir 2e, juste devant Fernando Alonso (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes).

"Nous apportons les deux mélanges les plus durs de notre gamme à  Silverstone, avec un nouveau procédé de fixation entre la ceinture en acier et  la structure, afin d'éliminer les problèmes de délamination (déchapage) constatés lors de certains Grand Prix précédents". Ces paroles, de Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport. ont été prononcées avant le début des essais du Grand Prix de Silverstone. Il expliquait alors le choix du manufacturier exclusif de la F1 d'amener des pneux durs et medium alors que l'an dernier, il s'agissait de pneus durs et tendres. Cette confiance n'a pas passé le week-end. Sur le circuit britannique, doté de tous ses virages très rapides, le savoir-faire de la marque italienne a volé en éclats.

Hamilton, Massa, Vergne et Perez explosent leur pneu arrière gauche

Au 8e tour, Lewis Hamilton (Mercedes), auteur de la pole-position et leader de la course, voyait son pneu arrière gauche exploser en pleine réaccélération. Deux tours après, c'est Felipe Massa (Ferrari) qui voyait ce même pneu subir le même sort au même endroit, partant en tête à queue. Les deux pilotes avaient chaussé des médiums pour le départ. Dernière victime de cette explosion en série: Jean-Eric Vergne. Le pilote de la Toro Rosso, en pleine ligne droite, voyait les gommes s'envoler autour de lui, certaines atteignant même le cockpit de Kimi Raikkonen( Lotus), son premier poursuivant. Dans son malheur, le pilote français, qui roulait en pneus durs, pouvait se réjouir que cette crevaison se déroule juste avant les stands, ce qui lui permettait de rentrer tout de suite, alors que Hamilton et Massa avaient pratiquement dû faire un tour complet au ralenti.

Face à cette avalanche d'explosions, qui pouvaient se révéler très dangereuses, la direction de course décidait de faire entrer le safety-car au 16e tour, afin de permettre l'évacuation de tous les débris des pneus, et aussi se donner le temps d'examiner les raisons de ces incidents. Chaque équipe demandait aux pilotes d'éviter les vibreurs (ce que pas grand-monde fera), et la voiture s'effaçait devant le peloton après six tours.

Webber 14e après 1 tour, 2e à l'arrivée

C'était une deuxième course qui débutait. Quelques minutes avant, lors du départ, Nico Rosberg (Mercedes) avait raté son départ, ce dont avait profité Sebastian Vettel (Red-Bull) pour se jeter dans le sillage de Lewis Hamilton (Mercedes). Autre perdant de la mise en route: Mark Webber (Red-Bull), parti en 4e position mais qui a conclu le premier tour en 14e place. Les crevaisons redistribuaient les cartes. Sebastian Vettel, Nico Rosberg se battaient devant, derrière cela se succédait au gré des retours aux stands, jusqu'à ce 41e tour fatal au champion du monde en titre, victime d'une casse de sa boîte de vitesse alors qu'il arrivait dans la ligne droite des stands. Contraint de se mettre sur le côté de la route, Vettel provoquait une nouvelle irruption du safety-car. Rosberg se jetait dans les stands pour changer de pneu et ressortir pour se placer derrière le véhicule, avec sa position de leader en poche, avec Kimi Raikkonen (Lotus) et Adrian Sutil (Force India) sur le porte-bagage.

A six tours de l'arrivée, les monoplaces repartaient. Et Sergio Perez n'avait pas le temps de conclure ce tour rapide qu'il était à son tour victime d'une explosion de son pneu arrière gauche (46e tour). Encore. Un quatrième incident qui va alourdir la facture de Pirelli. Revenus tous dans le coup, Mark Webber (Red-Bull), Fernando Alonso (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) jetaient toutes leurs forces dans cette dernière bataille pour récupérer quelques points supplémentaires. L'Australien ne faisait qu'une bouchée de Sutil avant de passer avec autorité l'obstacle de Raikkonen, à quatre tours de l'arrivée. Et le Finlandais s'inclinait ensuite sur une attaque d'Alonso à deux tours de la fin. A l'agonie, le pilote Lotus devait encore voir Hamilton lui passer devant, pour finir en cinquième position. L'écurie Lotus vivait une fin d'épreuve terrible, avec l'abandon de Romain Grsojean dans le dernier tour.

Le plus spectaculaire Grand Prix de la saison restera sans aucun doute dans toutes les mémoires, particulièrement du côté de Pirelli où on doit se préparer à de nombreuses nuits blanches. Si le spectacle a été au rendez-vous, les pilotes n'ont certainement pas apprécié cette loterie des pneus. Et Sebastian Vettel n'a certainement pas apprécié d'abandonner pour la première fois de la saison, et voir Fernando Alonso se rapprocher de lui (21 points d'écart).

Classe​ment

    1. Nico Rosberg (GER/Mercedes), les 306,198 km en 1 h 32:59.456
     2. Mark Webber (AUS/Red Bull-Renault) à 0.765
    3. Fernando Alonso (ESP/Ferrari) à 7.124
    4. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 7.756
    5. Kimi Räikkönen (FIN/Lotus-Renault) à 11.257
    6. Felipe Massa (BRA/Ferrari) à 14.573
    7. Adrian Sutil (GER/Force India-Mercedes) à 16.335
    8. Daniel Ricciardo (AUS/Toro Rosso-Ferrari) à 16.543
    9. Paul di Resta (GBR/Force India-Mercedes) à 17.943
    10. Nico Hülkenberg (GER/Sauber-Ferrari) à 19.709
    11. Pastor Maldonado (VEN/Williams-Renault) à 21.135
    12. Valtteri Bottas (FIN/Williams-Renault) à 25.094
    13. Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes) à 25.969
    14. Esteban Gutierrez (MEX/Sauber-Ferrari) à 26.285
    15. Charles Pic (FRA/Caterham-Renault) à 31.613
    16. Jules Bianchi (FRA/Marussia-Cosworth) à 36.097
    17. Max Chilton (GBR/Marussia-Cosworth) à 1:07.660
    18. Giedo van der Garde (NED/Caterham-Renault) à 1:07.759
    19. Romain Grosjean (FRA/Lotus-Renault) à 1 tour
    20. Sergio Pérez (MEX/McLaren-Mercedes) à 6 tours
   
    Les autres concurrents n'ont pas été classés

Classements du championnat

Pilotes

   1. Sebastian Vettel (GER) 132 pts
    2. Fernando Alonso (ESP) 111
    3. Kimi Räikkönen (FIN) 98
    4. Lewis Hamilton (GBR) 89
    5. Mark Webber (AUS) 87
    6. Nico Rosberg (GER) 82
    7. Felipe Massa (BRA) 57
    8. Paul di Resta (GBR) 36
    9. Romain Grosjean (FRA) 26
    10. Jenson Button (GBR) 25
    11. Adrian Sutil (GER) 23
    12. Jean-Eric Vergne (FRA) 13
    13. Sergio Perez (MEX) 12
    14. Daniel Ricciardo (AUS) 11
    15. Nico Hülkenberg (GER) 6

Constructeurs

  1. Red Bull Racing 219 pts
    2. Mercedes-AMG 171
    3. Scuderia Ferrari 168
    4. Lotus 124
    5. Force India 59
    6. McLaren-Mercedes 37
    7. Scuderia Toro Rosso 24
    8. Sauber 6

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze