Daniel Ricciardo
L'Australien Daniel Ricciardo. | AFP - DIMITAR DILKOFF

Ricciardo s'impose en Hongrie

Publié le , modifié le

L'Australien Daniel Ricciardo a remporté son deuxième Grand Prix de la saison en Hongrie après son succès au Canada. Le pilote Red Bull devance Fernando Alonso qui monte pour la première fois de la saison sur le podium. Pour la dernière marche, les deux leaders du classement général Lewis Hamilton et Nico Rosberg se sont livrés une bataille superbe remportée finalement par le Britannique. Au classement, ce dernier grignote un peu de retard sur son compagnon d'écurie.

Le circuit du Hungaroring est réputé pour son impossibilité de dépassement, mais ce dimanche les pilotes ont offert un superbe spectacle. Bien aidés par la pluie qui s'est abattue, ils ont fait de ce Grand Prix l'un des plus beaux de la saison. Au bout des 70 tours marqués par deux neutralisations de course et de nombreux accrochages ou sorties de route, Daniel Ricciardo s'est imposé grâce à un finish éblouissant. Tour à tour l'Australien a dépassé Lewis Hamilton dans le 67e tour, avant de s'offrir le leader, Fernando Alonso, lors du tour suivant. L'Espagnol a longtemps cru à la victoire mais l'usure de ses pneus l'a empêché de remporter son premier Grand Prix depuis celui de Catalogne en mai 2013. Toutefois, il a sauvé sa place sur le podium pour quelques centièmes et monte pour la première fois sur la boîte. Poursuivi par les Flèches d'Argent, il a résisté à la pression de Lewis Hamilton et Nico Rosberg revenu de nulle part. Au classement général, l'Allemand conserve la tête mais voit revenir son coéquipier, parti des stands, à 11 points (202 points contre 191). Jean-Eric Vergne sur l'autre Red Bull termine 9e. 

La pluie entretient le suspense

Le début de course a été marqué par les sorties de route d'Ericsson et de Romain Grosjean. Deux accidents qui ont entraîné la sortie de la voiture de sécurité qui a eu son rôle. Lors de la première sortie, c'est Nico Rosberg, parti en pôle, qui s'est retrouvé dans la masse. Ces neutralisations ont aussi permis à Lewis Hamilton, à l'attaque puisque parti des stands après ses qualifications ratées, de recoller au peloton. Peu à peu, il a grappillé des places, passant un à un les concurrents et remontant au classement. Mais au jeu des arrêts au stand et des changements de pneumatique, c'est bien Ricciardo qui a été le plus fort. Comme Hamilton, il a fait trois arrêts, mais avec des pneus en meilleure forme il a fini en trombe ce Grand Prix pour avaler l'Anglais et Alonso au coude à coude en tête de la course.

Le jeune australien confirme donc qu'il est le seul - pour l'instant - à pouvoir briser l'hégémonie Mercedes cette saison. Les Flèches d'Argent, elles, se sont retrouvées piégées par les aléas de la course, mais ont offert un superbe duel dans le dernier tour pour la troisième marche du podium. Hamilton, qui est revenu des profondeurs, a résisté au leader Nico Rosberg qui pour la 2e fois en trois GP ne monte pas sur le podium. "C'était un week-end un peu fou. Ma voiture est fantastique quand elle  fonctionne. J'ai été choqué que l'équipe me demande de ralentir pour laisser  passer Nico (avant son dernier arrêt au stand). Ca lui aurait sûrement permis de me dépasser en fin de course", a déclaré Hamilton. L'intérêt du championnat est relancé.

Benoit Jourdain @BenJourd1